AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tour 5 › Pr. 868

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maxsilv

avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 15/08/2015
Localisation : Par-delà la Porte des Mondes

MessageSujet: Tour 5 › Pr. 868   Lun 23 Oct - 22:16

Tour 5

Printemps 868

.


La vie de Maître du Jeu n’est pas toujours de tout repos ! Outre la charge de travail considérable pour préparer tous vos petits apartés, divers commentaires me font parfois regretter cette fonction ingrate et pourtant essentielle au bon déroulement de la partie. Afin de vous donner un petit aperçu de ce que je dois endurer avec stoïcisme, je vous propose les trois appréciations qui m’ont, à l’heure où j’écris ces lignes, le plus agacé (évidemment, ceci est à but humoristique, ne soyez pas vexé·e d’y figurer… ou de ne pas y figurer) :
Spoiler:
 

Résumé du tour précédent :


Après un an d’incertitude, Monseigneur Isidore déclare que : « considérant la commune renommée (fama) d’Aliénor et alerté de la persévérance d’icelle dans les relations adultérines par notre très chère fille dans le Christ Jeannette, enfant légitime et digne héritière de feu le roi André, il est de notre devoir de diligenter une enquête (inquisitio) pour établir la paternité du fruit de ses entrailles, étant entendu qu’en l’absence de consanguinité (consanguinitas) son fils ne peut prétendre assumer personnellement la succession. »
En conséquence, la bonne volonté de tous les possibles témoins du comportement de la reine-mère et de la naissance de l’enfant est sollicitée à la suite de ce message, afin qu’ils apportent des preuves susceptibles de clore cette querelle de succession.

L’ost du duc de Deltie s’est emparé de la cité de Margépic ; le seigneur de la Marche, sa sœur et son neveu ont été contraints à abandonner la cité de leurs aïeux, mais ils disposent encore du soutien d’une large part de l’aristocratie léonine.

En effet, son armée a accompli la prouesse d’extirper la trouée ignée du mal qui la hantait depuis deux années ; l’amas Igrudi n’existe plus qu’à travers quelques avants-postes placés sur les contreforts des monts argentins ! Quant au seigneur de la Marche, il a retrouvé la couronne de Sa Majesté André, vengé son ost et sécurisé la route allant vers l’antique bastion de Fürn. Il lui reste maintenant à imposer son autorité aux Pirkes qui peuplent encore la région.

L’obstruction des Faiseurs de Mémoire a décidé les bastions nains d’Ochoz et d’Oltwirk à ouvrir une nouvelle voie commerciale entre les monts argentins et cristallins, passant par le comté valamarnois. Grâce à elle, Ochoz peut à nouveau communiquer avec l’extérieur.

Il apparaît de façon manifeste que le traité ayant mis fin à la guerre de l’Affront n’est plus respecté, en témoigne la colonisation elfique du cercle astral.

Enfin, il est dorénavant de notoriété publique que :

· Le clan Zebhyriel s’est allié à la fraternité de Fürn,
· Le comté valamarnois garantit l’indépendance du clan Zebhyriel,
· Le comté valamarnois s’est allié au bastion d’Oltwirk,
· La fraternité de Fürn s’est alliée au bastion de Trassen,
· L’amas Raani propose au bastion de Trassen de se soumettre,
· L’amas Igrudi se soumet à l’amas Raani.
Spoiler:
 

Hors Role Play (HRP) :


@Malefys nous quitte, malheureusement. Le clan Norrowel sera géré par ses alliés elfiques.

@Yandhen, dont la faction est quasiment vaincue (il ne lui reste plus qu’une province occupée), prend la tête de l’amas Galeki.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yandhen

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 30/05/2016

MessageSujet: Re: Tour 5 › Pr. 868   Jeu 26 Oct - 11:01

Aujourd'hui, je suis couronné meneur de l'amas Galeki. Moi, Lothard, dit "l'humain" selon les termes Pirkes, dit "Gros con" selon ce que me disait mon père, dit "Slibard" selon les propos d'anciens camarades aujourd'hui trépassé. Bon, comment en suis-je arrivé là ?

Une histoire des plus remarquables et des plus drôles vous allez voir. J'étais seigneurs avant de me retrouver dans cet état. Un fier seigneur du Roi André, qui ne reculait devant rien pour accroitre sa richesse, son pouvoir et sa collection de chapeau exotiques (une collection des plus sérieuses, je vous l'assure!). Bref! Je vous passerai certains détails sans importances, mais je finis par être bannis du royaume, pour cause de complot intempestif. Je décidais donc de me réfugier dans le sud pour effectuer une retraite spirituel (mais entre nous soit dit, pour aussi récupérer un peu de puissance pour enfoncer la tronche de ce grand c**)

Malheureusement, le parpaing de la réalité vint écraser un temps la tartelette au fraise de mes illusions, car alors que je préparais mon grand retour au côté de mes braves collaborateurs, les Pirkes nous attrapèrent. Je n'avais alors que peu de choix! Me faire transformer en méchoui? Très peu pour moi. Devenir l'esclave de leurs fantasmes les plus abscons? Encore moins! Et bien qu'ils ne m'aient jamais proposé les deux premiers services, je me suis à l'amas, proposant mes services, moi et quelques de mes compagnons. J'entrais alors dans la fourmilière, devenant alors conseiller de sa majesté impirkiale. C'est moi qui lui permis de rentrer comme dans du beurre dans les défenses du Duché de Deltique et de l'archevêché! Après tout, c'était les voisins, et j'avais fait des visites dans le coin par le passé!
Et plus l'amas avançait, plus je devenais indispensable, et m'intégrais. Cette situation était cependant précaire, et vint le moment où moi et mes camarades on se demanda franchement: "Bon. Ca c'est bien gentil mais… À quel moment on trahit ?" C'est alors que me vint l'idée de génie! Au lieu de faire faux bond à la compagnie, autant utiliser cette compagnie pour frapper mes ennemis (et tous les autres rigolos) à mort. Il fallait prendre la tête de l'amas.

La situation était parfaite pour moi, j'étais proche du leader actuel. Comme je le disais souvent: "Si on cueille pas les cerises tant qu'elles sont sur l'arbre, on fera tintin pour le clafoutis.". Du coup, j'ai fait ma petite cueillette. Un petit poison par si, quelques égorgements par là... Et pif, paf, pouf, ce fut fait!


Du coup, me voilà à la tête de l'amas. Et j'avoue avoir une petite larme à l'oeil. Certains de mes fidèles amis aussi comme mon fidèle con-pagnon Bertrand Henri de Lancastre qui était sur tous les fronts pour moi!
Enfin bref, me voilà "Roi"

Victoriae mundis et mundis lacrima. Bon, ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Berton

avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 15/08/2015
Age : 22
Localisation : Forën (Clan Zebhyriel)

MessageSujet: Re: Tour 5 › Pr. 868   Sam 28 Oct - 12:59

La vie d’Aeglothiel, fille des Premiers-nés, Dame de Forën, Reine du Clan Zebhyriel


- Livre XIV -


*** La Seconde Bataille de la Trouée Ignée ***


Après la terrible défaite de la Trouée Ignée de 866 et la mort du roi André tous pensèrent l’Alliance des deux Nations définitivement morte et enterrée avec le roi. Cependant, le seigneur Hardy de la Marche Léonine ne semblait pas être de cet avis. Sans doute dans la volonté de se positionner comme héritier spirituel, à défaut de l’être par le sang, d’André II, celui-ci invita une délégation elfe à Margépic et leur garanti solennellement qu’il poursuivra les engagements pris par André II.  En outre, il parvint même à faire mieux que le roi André en convainquant les nains de la Fraternité de Fürn à se joindre à l’expédition. Une Alliance des trois nations était née, une alliance de circonstances qui ne les impliquerait nullement dans la Guerre Civile, chose que la reine Aeglothiel refusait catégoriquement.

Du côté des elfes, c’est à Galhir qu’advient le commandement de la force d’expédition du Clan Zebhyriel. Ce dernier était bien déterminé à ne pas reproduire les erreurs commises par son oncle. Il attendit ainsi l’arrivée de l’armée du seigneur de la Marche qui comme lui était bien familier de ce champ de bataille. A la fin de l’été, l’armée pris ainsi la route d’Igrud où il était prévu de faire la jonction avec l’armée naine venant depuis le sud. Ouvrant la voie à l’armée Léonine à travers la trouée Ignée, Galhir pris soin d’exposer le moins possible ses hommes. Déjà l’automne était là, il ressemblait en tout point à celui de l’an dernier. Mais cette fois-ci, les elfes connaissaient chaque point d’embuscade et de traquenard et parvinrent à les éviter sans mal.

Nains et humains furent moins chanceux. Une armée pyrke était parvenue à contourner l’expédition par le nord et fonça sur les arrières de l’armée du Hardy. Mais le seigneur de la marche était rompu au combat contre les pyrkes et parvint à les repousser violement et sans grande perte. De leur côté, les nains essuyèrent également une attaque lancée par une seconde armée pyrke envoyé à leur rencontre vers le sud. Sans doute les pyrkes commirent l’erreur de sous-estimer les farouches nains qui bien qu’en infériorité numérique, les repoussèrent sans difficulté. Ces deux succès militaire permirent à l’Alliance de mener le siège devant Igrud, cette curieuse fortification pyrke qui ne ressemblait à rien de ce qu’on pouvait trouver comme architecture chez les hommes, les nains et les elfes.

L’hiver tomba tandis que les trois armées continuaient le siège. Plus aucun renfort n’était désormais possible et pendant plusieurs mois, entravé par la neige, le gèle et le froid, aucune nouvelle ne parvint à et de la Trouée ignée. Le seigneur Hardy en avait assez, il voulait en terminer une bonne fois pour toute et lança l’attaque. Les troupes léonines se lancèrent dans l’assaut et une brèche s’ouvrit finalement dans la fortification pyrke. Mais l’entrée était trop étroite pour que les trois armées puissent s’y engouffrer. Les troupes léonines qui étaient les premières à la brèche furent ainsi les premières à pénétrer dans l’enceinte fortifiée. Les combats firent rage mais les pyrkes étaient dépassés. Lorsqu’enfin les elfes et les nains purent passer la brèche, la bataille était déjà terminée.

La victoire était assurée. Et bien que certaines voix s’élèvent de-ci de-là pour reprocher aux elfes de ne pas avoir été au-devant des batailles, Galhir savait que sa mission et son devoir auprès de ses alliés avaient été remplis et ce en épargnant la vie de nombreux elfes.

_________________
« Oui, alors, pourquoi ? Pourquoi trahir sans arrêt les gens avec qui je collabore ? Je dirais que c'est probablement une réponse compulsive à une crainte de m'attacher. Briser une relation plutôt que la cultiver pour ne pas se retrouver démuni face au bonheur. Oui, pour répondre à votre question : j'ai peur d'aimer ! »
La Roi Loth d'Orcanie (François Rollin) dans A. Astier, Kaamelott, Livre VI, "Praeceptores".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ShahAbbas

avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 06/02/2016

MessageSujet: Re: Tour 5 › Pr. 868   Sam 28 Oct - 13:06

Le chef de l'amas karmachi conversait avec son wololo qui lui raconta ses rêves:

-comment en sommes nous arrivés là? Comment les relations tendues entre furn et les autres nains sont-elles devenues soudainement une alliances sacrées? Et pourquoi la marche se préoccupent t-elles beaucoup plus d'un de ses fronts (non immédiat en plus) que de l'autre? Pourquoi j'ai des visiteurs d'olwirck qui viennent de l'autre bout du monde? Pourquoi envoient t-ils 2 armées pour prendre une province? Pourquoi Igrudi se soumet-il à l'autre amas quand son territoire aurait pu m'appartenir?

-c'est pourtant très simple seigneur: Igrudi ne vous fait plus confiance parce qu’il s'amuse à parler avec les elfes et à lui dévoiler des infos qu'ils vous accusent d'avoir fait échapper, comme une "réussite critique en intendance"
-Quoi? Mais comment pourrais je le savoir? C'est pas comme si les pirkes étaient des abeilles qui se transmettaient des infos à tout instant? C'est quoi une "réussite critique"? Et comment des pirkes pénètrent t-ils chez les elfes sans se faire prendre? Comment se fait-il qu'on soit admis à leur parler?
- On ne peut plus simple sire: Ils se parlent dans des réunions secrètes en aucun territoires connus ,et si les nains sont autant alliés c'est parceque ils veulent vous tuer pour gagner le "mv" et faire un "blob" voilà pourquoi ils se coordonnaient (si mal?). De la même façon que la marche léonine se fait manipuler ou que jeannette est "Afk"
- Bon sérieusement, t'es sur que les champignons à la cantine étaient frais ce midi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vauban



Messages : 100
Date d'inscription : 15/08/2015
Localisation : Yorwick

MessageSujet: Re: Tour 5 › Pr. 868   Sam 28 Oct - 14:14

Losian

...«Cela est tout indiqué. Autant politiquement que par les saintes écritures, finis Robert. Nous ne marcherons pas sur la capitale Cylinve. Nous n'avons pas de raisons de faire couler le sang de nos semblables. Nous passeront le printemps à consolider nos acquis. Les délibérations diplomatiques commencent demain.»

Boniface se leva pesamment
«Nous remercions notre bon roi Robert de sa sagesse en des temps si troublés. Quelqu'un désire-t-il poser des questions?»
Les vassaux regardaient Robert sans comprendre, les rêves de conquêtes s'évanouissaient dans leurs cervelles.
Une voix étouffée soupira.
«C'est donc bien de cela qu'il s’agit!»
une autre répondit, plus menaçante
«On connaît la chanson. Avec Robert, cette guerre civile se résume à une querelle de bonnes femmes. A choisir autant prendre celle qui se trouve à Cylinve.»

Robert attendit que le tumulte cesse, feignant de n'avoir pas entendu l'affront. Il provenait du seigneur Pierre venant des marches septentrionales et dont les deux fils comme tant d'autres héritiers locaux étaient généreusement logés à Losian aux frais du comte.

«Messeigneurs, les intérêts du développement de notre comté passent avant tout. Les beaux sentiments guerriers ne nous avanceront guère. Réfléchissez.»
-C'est tout réfléchi. On a assez entendu ça. A vous de prouver que vous avez la trempe d’être notre roi. Pourquoi nous convoquez ici si c'est pour nous balader avec votre bonne pensée!
-C'est aussi mon opinion…
-Le Brave, Brave seigneur Robert...

Robert sorti aussi vite qu'il le pouvait de la grande salle, suivi de Boniface. Les nobles réagissaient comme prévu. Robert demanda à Boniface d'agir en conséquence. Trois jour plus tard, la tête fraîchement tranchée d'un des fils du seigneur Pierre était déposée devant les portes de celui-ci.
Trois jours encore et tout les vassaux du comté avaient de nouveau prêter serment à Robert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
elessar

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 16/08/2015

MessageSujet: Re: Tour 5 › Pr. 868   Sam 28 Oct - 17:16

JOUUURNNAAAAALLLL

Oh non! Grande catastrophe! grosse boulette ! Sad
L’illettré a pris une partie du domaine royal, massacrant les paysannes et violant leur bêtes, ou peut être l'inverse je sais pas :/ . Il faut que tout cela s'arrête, ce n'est PAS POSSIBLE! J'ai un afflux monstrueux de pouilleux dans la capitale, durant l'hiver, déjà qu'on avait pas beaucoup de provisions elles vont encore être plus faible affraid . Ils sont tous là à tendre les mains vers moi en beuglant ''Missah, Missah'', je parle pas votre langue de sauvage moi, la marche léonine je connais pas :/ . Il faut qu'ils recommencent à bosser, comme ça à 50 ans ils pourront tous avoir un gnomon, sinon ils auront VRAIMENT raté leur vie. Mais cela ne fait absolument rien. Vraiment rien, puisqu'ils ont déjà raté leur vie en venant dans la capitale ou lieu de combattre jusqu'au dernier, moi si j'avais été à leur place j'aurais combattu  . De toute façon j'envois Bohémond de Tarentulle ainsi que l'Ost Royal récupéré ce bout d'terre qui est à moi Very Happy . C'est la plus grande armée qu'un homme ait jamais vu , même celle de mon défunt père était minuscule à coté Laughing. Ah! Je jure qu'à son approche les pins vont trembler et les sauvages déguerpir king .
Apparemment il aurait des bonnes nouvelles, notre bon vassal tueur de lézard qui fait des patés de sable, s'est emparé du chateau familial de la catin Very Happy . Malheureusement elle n'y était pas, de même que sa vermine. Ah qu'est ce que j'aurais aimé pouvoir les exécutés des mains du bourreau. Autre bonne nouvelle, l'archevêque ouvre enfiiinnnn, une enquête sur les moeurs de la Catin Smile . Apparemment il veut des preuves, ça va pas être dur, la seule chose qui ne l'a jamais pénétré c'est la moral jocolor . Le pauvre enfant va enfin être un authentique fils de chienne, et cela sera certifié par un mot de l'archevêque  sunny .
Autre nouvelle du monde, les demi portions et les bouffeurs de laitue se sont alliés pour combatre les BEURK. Ils ont gagné d'après leur dire. Mais que vaut la parole d'un nain sinon la moitié de celle d'un homme?   lol! .
J'ai eu aussi très froid aujourd'hui, on avait plus assez de bois, y en a assez. Par édit je vais interdire le froid, voilà, Moubi sera peut être mécontent, mais les glissades sur le ventre ça va deux secondes, la glace doit disparaitre au bout d'un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Canossa

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 29/10/2015
Localisation : poste de Police de Northside

MessageSujet: Re: Tour 5 › Pr. 868   Sam 28 Oct - 21:56

Les forges du cirque s’étaient mises à cracher une fumée plus dense qu’à l’accoutumée ; l’idée de modifier les automates de minage était parvenu jusqu’à Ochoz en même temps que le cri de colère dame Artémis et des petits grognements de pirke qui ressemblaient vaguement à des plaintes. Fort de cette nouvelle idée, les forgerons les plus réputés du monde se mirent au travail avec ardeur, prêts à remplacer leurs frères tombés au combat, dans l’espoir que leur appui mette fin à ce conflit d’une manière ou d’une autre.

_________________
“There is a theory which states that if ever anyone discovers exactly what the Universe is for and why it is here, it will instantly disappear and be replaced by something even more bizarre and inexplicable.

There is another theory which states that this has already happened.”  
- Douglas Adams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guiguit

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 16/08/2015
Localisation : Pépinople

MessageSujet: Re: Tour 5 › Pr. 868   Sam 28 Oct - 22:17

Duché deltique

Plutôt la mort que la souillure

Tour 5 : la chute de Margépic


L’ost de Deltie était divisé en trois batailles. La droite était au baron Guillaume d’Avout, la gauche au seigneur de Varléans et le centre directement sous les ordres de Willem de Famars. Les piétons léonins furent promptement encerclés et abattus comme du gibier. Néanmoins, le jeune vicomte des As réussit à mettre sa compagnie d’arbalétriers en difficulté en s’avançant trop prêt des lanciers adverses.

Debout sur son cheval de bataille, Willem de Famars le vit. Entouré de ses gardes, massés en une phalange invincible et en réserve, le duc avait une vue dégagée sur tout le champ de bataille, position qu’il affectionnait car elle lui permettait d’adapter rapidement sa tactique. Comprenant que personne d’autre ne saurait leur venir en aide, il se mit à la tête d’une compagnie de chevaliers et chargea lui-même pour secourir son vassal. Joyeuse fut tirée du fourreau et fit, comme de coutume, des merveilles. A peine Willem fut-il ressorti de la mêlée, des messagers lui parvinrent de tout le front : les Léonins reculaient ou se rendaient. Une dizaine de seigneurs marcheurs avaient été pris, le double tombé. On avait aperçu le seigneur Hardy fuir le champ de bataille, poursuivi de près par des chevaux-légers du duc.


Les troupes des Famars marchaient désormais d’un pas assuré sur la cité. Des dizaines de bannières déployées au vent affirmaient l’identité du vainqueur incontestable : l’aigle noir de Deltie. L’Ost du Nord se répartit dans la ville tandis que la Garde ducale entrait dans la forteresse de Margépic. Elle y trouva la sœur du seigneur Hardy, Aliénor. Toujours en armure, Willem fit sa rencontre dans les jardins où elle avait demandé à se retirer.

-Mon frère s’est bien battu ? lui demanda-t-elle.

-Autant que l’on pouvait s’y attendre pour un homme tel que lui…

-Ca n’a jamais vraiment fait partie de ses qualités, la chose militaire, vous savez.

-Ses vassaux s’en sont certainement rendus compte maintenant ma dame. Nombre de nobles ont péri en ce jour sous le fer de mes hommes. Un chevalier deltique et un sergent d’armes de Pépinople n’ont que peu de rapports avec des Pirkes.

-Et ce sort nous attend-il aussi, monseigneur de Famars ? Ou bien allez-vous nous contraindre à s’agenouiller devant vous, moi et votre roi légitime ?

-Nenni. Cependant, Monseigneur Isidore désire mener une enquête, j’entends agir sur ce sujet avec diligence. Mais je ne laisserai personne toucher à votre vie. Les monastères sont grands et lointains. Après les conclusions de cette affaire, vous pourrez vous y retirer avec le… fruit de vos entrailles. Pour y expirer vos péchés.

Il laissa sur ces mots celle qui porta un jour la couronne de la vraie reine.  

Tard dans la nuit, on réveilla le duc pour l’informer qu’Aliénor n’était plus dans ses appartements. Sur les ordres de ses officiers, on fouilla avec soin et sans ménagement les lieux. On n’y trouva ni Aliénor ou son enfant. On présuma qu’ils s’étaient enfuis par un passage dissimulé ou avec des complicités. Ces traitres avaient donc préféré la fuite à la vérité, à moins qu’il ne la redoutât ?

_________________
«Vous n'êtes pas obligés de me croire, mais attendez-vous à devoir reconnaître vos erreurs.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tour 5 › Pr. 868   Sam 28 Oct - 23:07

Aujourd’hui Gautier avait fait une visite au niveau des docks pour observer les préparations une nouvelle expédition de l’autre côté du lac. En effet plusieurs mois plus tôt, un cri étrange avait perturbé la messe et les rumeurs les plus folles courraient parmi la populace. L’incapacité des gens de savoir à fournir une explication quant à l’origine du cri n’ayant fait que rajouter à l’incertitude populaire et deux fois cette semaine la garde avait empêché de peu de grande émeute visant à persécuter de supposées sorcières. Face à cette situation insoutenable, une expédition été prévue de façon à trouver trace de ce que l’on pensait être une créature inconnue vivant par-delà le fleuve et responsable de ce mystérieux cri.
Revenir en haut Aller en bas
guilorque



Messages : 52
Date d'inscription : 17/08/2015

MessageSujet: Re: Tour 5 › Pr. 868   Sam 28 Oct - 23:20

Dans le camps militaire de la marche léonine


Seigneur De la marche:
Comment s’est passée la bataille de Margépic, général ?

Général:
D’après les survivants, la garnison s’est bien battue étant en infériorité numérique à un contre trois, mais ne vous inquiétez pas votre sœur et votre neveu sont en chemin, ils sont partis avec la garde personnelle avant la bataille. Leur général s’est encore fait capturer, mais nos troupes n’ont pas eu le temps de le tuer, elles ont été trop occupées à essayer de sauver les villageois et à dissimuler les documents des salles.
Enfin… le plus gros des troupes ont été déconcentrées par la manœuvre... impressionnante du général ennemi.


Seigneur de la marche :
Qu’a-t-il fait ?

Général :
Bah… il a chargé avec tous ses chevaliers sur les arbalétriers qui étaient sur les murs, donc… bah il s’est écrasé contre la muraille, du coup nos hommes n’avaient qu’à abattre les survivants, mais le temps qu’il s’en remette les ennemis ont monté les échelles.
C’est une nouvelle technique : ils passent pour des cons, les autres se marrent, et ils frappent.


Seigneur de la marche:
C’est nouveau ?

Général :
Ah non, ça c’est qu’eux.
Parce qu’il faut être capable de passer pour des cons en un temps record. Ah non, là-dessus ils ont une avance considérable !

Seigneur de la marche :
Ah c’est une stratégie… Hors du commun.
Cela change des grandes batailles contre les Pirkes que l’armée a dû combattre durant toutes ces saisons.


Général :
Ah oui Seigneur, le seigneur ennemi a aussi confondu une femme avec votre sœur, il a cru lui parler. Heureusement elle s’est échappée, et elle nous a tout raconté.


Seigneur de la marche:
D’accord, sur ce, je vais aller voir ma sœur.
Et faites venir cette femme dans mes nouveaux quartiers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jemjine

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 31/08/2017
Localisation : (Ibelorn) Clan Alenyel

MessageSujet: Re: Tour 5 › Pr. 868   Sam 28 Oct - 23:33

Printemps 868,
Askarin de Ibelorn, dirigeante elfique du Clan Alenyel

Le Clan Norrowel est en deuil ; et tous les autres elfes le soutiennent. Même si sa dirigeante aura guidé son peuple durant quarante-trois ans, ceci est trop peu pour admettre sa mort prématurée et regrettée. Alors qu’elle servait noblement et chèrement son clan afin de lui garantir paix et prospérité, je peux me réjouir de constater que sa vie n’aura pas été souillée par de futiles guerres, tandis que les Pirques bourdonnent à l’ouest et au sud depuis un an déjà, leur menace ne se faisant que plus pressante et latente.

Certes, depuis quelques saisons la maladie la retenait alitée, limitant ainsi la portée de ses actions, réduisant sa prise d’initiative. Auprès des autres races, elle semblait sûrement irresponsable à laisser ainsi son clan sans guide, mais je peux vous affirmer que c’était une respectable personne que seule la maladie aura eu raison d’elle. Il paraît que les meilleure personnes partent en premier, son départ me le fait bien croire.

J’ai tenu à me rendre à Ozyria honorer sa mémoire ; les plus belles fleurs du pays ont été cueillies pour la cérémonie, son enterrement a été bercé par de magnifiques chants de notre sublime langue, accompagnés par des lyres, flûtes traversières et autres instruments aux sons si voluptueux. À celle qui a été une mère pour tout un clan et qui a été mon amie, je prie les douze premiers-nés, qu’ils puissent l’accueillir chez eux pour un repos éternel bien mérité. Je suis allée me recueillir sur sa tombe après qu’elle y fut déposée, on aurait dit un jardin tant sa sépulture était fleurie et parfumée. Ma peine est grande, je ne sais si j’ai trouvé les bons mots pour apaiser la tristesse de son époux ; ma main tremble encore de chagrin en écrivant ces lignes.

Avec Aeglothiel surnommée la dame de Forën, Reine du Clan Zebhyriel, nous avons discuté longuement au sujet de l’avenir du clan Norrowel, alors sans souveraine à sa tête. Comme sa seule héritière n’a alors pas l’âge de gouverner, nous prendront le rôle en tant que régentes, le temps qu’elle atteigne l’âge adulte. Ainsi, la Chambre d’Ozyria s’occupera des affaires courantes, moi et Aeglothiel nous chargerons des négociations et décisions plus importantes. Néanmoins, nous insistons sur notre statut transitoire auprès de nos confrères et consœurs, même s’il faudra du temps à la successeur de leur défunte reine pour prendre la tête de son clan, nous n’avons aucunement envie de soumettre ce peuple aux nôtres, ils conservent leur indépendance et nous nous efforcerons à moins l’impacter le plus possible.

Que les premiers-nés nous gardent sous leur protection et aiguillent notre jugement pour le meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeray

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 07/09/2017

MessageSujet: Re: Tour 5 › Pr. 868   Sam 28 Oct - 23:50

Bastion de Trassen

Il avait survécu et avait déjoué la surveillance de ses geôliers ! Wilhelm était de retour. Le peuple en délire l'avait acclamé, alors qu'il était arrivé, blessé et nu-tête au Bastion. Il avait réussi à traverser toute la contrée Pirke, et avait ramené de précieuses informations...

Artémis lui rendit très vite son casque, au cours d'une impressionnante cérémonie quoique frugale (après tout, on était en guerre). Wilhelm fut promu Maréchal du Bastion, un titre Antique n'ayant pas été décerné depuis la guerre de l'Affront. Une nouvelle arme, du plus pur minerais que Trassen pouvait offrir, lui fut confié, ainsi qu'une cape faite des plus belles étoffes de la nouvelle colonie de Trassen. Il avait fier allure, commandant les armées du Bastion et œuvrant à la reconstruction. Les premières armées d'automates commençaient à défiler dans les rues...
Un émissaire Pirke, de l'amas Raani, s'était présenté pour demander la soumission de Trassen. Quoique n'importe quel nain eu décapité l'impertinent, il fut invité par le Bastion pour assister à la cérémonie, protégée par l'immunité diplomatique que, dans un moment de faiblesse, le Chancelier Markus avait accordé à Blu. Il reparti fissa après la cérémonie, convaincu que Trassen était loin de se rendre et que son amas n'avait pas intérêt à venir les embêter, du tout.

Dans la salle du Conseil, Wilhem raconta également son évasion, et ce qu'il avait vu. Un cri immense avait retenti, et ses geôliers, baragouinant dans leur langage, visiblement effrayés, s'étaient enfuis sans demander leur reste. Il n'avait pas hésité et en deux temps, trois mouvements, il avait explosé la serrure primitive et s'était échappé.
Il raconta également avoir vu des Shamans se livrer à leur étrange magie, ou "Mhett-Hah" dans leur langue. Celle-ci était prodigieuse. Plusieurs Shamans Pirkes pouvaient ainsi communiquer par télépathie, ou "Vouih-Phy", même entre amas différents, et transmettre des ordres à un autre amas sans même avoir à le soumettre. La diplomatie Pirke était vraiment plus subtile qu'il n'y paraissait.
Il leur était apparemment possible d'influer sur le peuple primitif qu'était les humains. Ainsi, la passivité de la Deltie, puis l'attaque fratricide contre la Marche Léonine, serait dû à un enchantement de "Mhett-Hah" surpuissant, supervisé par l'amas Karmachi. Celui-ci contrôlerait dans les faits le Duché, à travers une prétendue alliance secrète. Bien entendu, il ne s'agissait là que de suppositions, mais l'attitude troublante du Duché, ainsi que le fait qu'il ne soit pas encore envahi par les Pirkes au point de d'envoyer son armée au grand complet prendre Margépic laissant Pépinople sans défense, étaient des indices trop gros pour que le Bastion ne les prennent pas en compte.
Fort heureusement, les peuples civilisés de Tempérys, à savoir les nains et dans une moindre mesure les elfes, étaient apparemment immunisé à la "Mett-Hah".

Wilhelm retrouva ensuite Artémis dans sa suite. Elle était fatiguée, et planchait malgré tout sur une énième missive diplomatique, à destination de la Reine Jeannette pour l'informer de la félonie potentielle de son vassal. Probablement qu'elle ne la croirait pas, mais c'était trop grave pour ne pas leur mentionner. Elle voyait les missives s'empiler : une à destination des Faiseurs de mémoire, pour les convaincre de revenir sur la folie de l'Obstruction, une autre à destination de leurs alliés du Bastion d'Ochoz, une autre de recommandations juridiques naines à la Fraternité de Fürn, nouvel allié en demande de culture naine. Que de papier nécessaire, mais ne dit-on pas que la plume est plus forte que le marteau de guerre ?
Elle avait fait cette réflexion à voix haute, ce qui fit rire Wilhelm.
-Wilhem... Tu es de retour... J'ai eu si peur pour toi.
-Je n'ai fait que mon devoir envers le Bastion, et le Bastion m’a répondu. J'ignorais que tes cordes vocales étaient aussi puissantes, Artémis.
Elle souria faiblement. La charge était grande de gérer Trassen au côté de son père, sans personne pour l'y aider, autre que Wilhelm, Hans, Gorim et les autres... Elle se laissa glisser dans les bras de Wilhelm. Un peu surpris, il lui rendit son étreinte, d'abord gauchement, puis, inexplicablement, tendrement...
-Tu connais mes ordres. Nous allons avoir le temps de nous voir, et de prendre du bon temps avant que l'ennemi ne frappe à nouveau...
-Je t’emmènerai honorer notre nouveau Haut, ton ancêtre. Tu n'avais pu être là pour la cérémonie...
-Ce serait avec plaisir.

Oubliant les tourments du quotidien de Tempérys, nos deux personnages passèrent un long moment dans les bras de l'autre, chacun soulagé de revoir le second, et inquiets à la perpective de le perdre peut être bientôt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinople300

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 25/09/2015

MessageSujet: Re: Tour 5 › Pr. 868   Dim 29 Oct - 2:43

De par le monde on se bat, on pleur, on subit les pillage, on décapite de gens... Mais à Fürn on sait faire la fête! Et quels fêtes! Les spectacles de rues, les étales multicolores, les étoffes de couleurs rouges que portent les habitants pour l'occasion, les musiques, les déclamations de théâtre et de poésie, les banquets a ciel ouverts offert à la population avec des mets venant des quatre coins de la vallée (Même si récemment les poissons de mer sont devenus assez rares et l'importation du lac boréal a augmenté pour satisfaire surtout la population chrétienne) et surtout la bière et le vin du Sud qui coule à flot!


On ne voit rien de similaire dans tout Tempérys! C'est en effet une fête propre au peuple de Fürn qui s'est battit autour de la fondation de la ville. Car il y a alors plus de 400 ans Fürn était fondé, dans les tristes circonstances qu'on lui connait, par les nains exilés de l'empire nain déchu et pour défier le mauvais sort qui les persécutais il fut décidé l'année d'après d'organiser une grande fête d'une semaine où les gens pourraient oublier leurs soucis. La fête du renouveau était donc née.
Et celle-ci se déroulant était particulièrement grandiose car elle célébrée la grande victoire contre les Pirkes de l'est où la compagnie cendrée s'est illustrée avec bravoure. Ceux-ci n'était pas revenu de campagne pour profiter des festivités mais ils avaient envoyés divers cadeaux à la ville. Ceux-ci étaient mis à la vu de tous sur la place centrale, les habitants pouvaient ainsi découvrir avec curiosité la culture Pirke. On pouvait donc voir leurs outils et objets du quotidiens, leurs armes, leurs boucliers décorés de symboles mystérieux, leurs trésors les plus sacrés, et mêmes quelques autochtones (qu'ils sont laids) qui ont réussis a survivre au voyage.



Mais ce n'était pas la seule raison de se réjouir a Fürn car on était sur le point de finir la nouvelle Cathédrale de la ville fruit de l’architecture naine et qui avec ses 3000 places assises à l'intérieur allait sans mal recalé la cathédrale de Féard à une gentilles bicoque. On espérait beaucoup de cette cathédrale dans la population, pour les chrétiens c'était l'espérance de se faire reconnaitre comme faisant parti de l'église (on avait de toute façon pris les devant et nommé un évêque qui avait envoyé sa candidature a l’archevêque), pour les non-nains l’intérêt de voir des visiteurs afflué en masse dans la ville pour admirer ce bijou d'architecture et qui permettrait au passage de faire des affaires, et pour le sénat et le conseil cela permettrait à Fürn de développer son image sur la scène internationale.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tour 5 › Pr. 868   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tour 5 › Pr. 868
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le glorieux forum des Mondes Virtuels :: MV Temperys :: Plateau-
Sauter vers: