AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tour 4 › Hi. 867

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maxsilv

avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 15/08/2015
Localisation : Par-delà la Porte des Mondes

MessageSujet: Tour 4 › Hi. 867   Dim 15 Oct - 22:34

Tour 4

Hiver 867

.


Vous allez pouvoir souffler (et le MJ aussi…) car, à la faveur de l’hiver, tous les déplacements sont ralentis. Ainsi, à moins de vouloir pénétrer sur une province dévastée, vous ne pouvez pas vous aventurer en territoire ennemi ce tour-ci !

Résumé du tour précédent :


Le traité ayant mis fin à la guerre de l’Affront est plus que jamais relégué à de l’histoire ancienne ; Nains comme Elfes s’étendent dans les monts argentins et le cercle astral.

Malgré des pertes territoriales toujours plus importantes face aux Pirkes, le duc de Deltie choisit de se jeter à corps perdu dans la guerre de succession humaine, en envoyant une armée assiéger Margépic, avec qui il commerçait jusqu’à présent ! Une stratégie risquée… mais payante, dans la mesure où il trouve une capitale peu défendue.

Pusillanimes, les autres prétendants au trône se gardent bien d’intervenir, tandis que la marche léonine, en dépit de sa capitale assiégée, fait main basse sur la partie orientale du domaine royal et se défend efficacement contre les incursions de l’amas Igrudi.

Cet amas, trop occupé à tenter d’envahir le nord de la marche léonine, a laissé passer jusqu’au cœur de la trouée ignée les forces d’une alliance de circonstance entre Humains, Nains et Elfes !

Au pied de la gorge de l’Écho gisent deux armées naines, tombées dans une embuscade digne de celle de la trouée ignée après s’être, elles aussi, aventurées en territoire pirke sans reconnaissance préalable.

Cette double embuscade a été rendue possible par la décision de l’amas Karmashi de rompre le siège de Trassen pour regagner ses terres, sans doute en vue de l’hiver.

Néanmoins, dans le secret des forges naines, une réponse à ces pertes incommensurables semble sur le point d’être trouvée…

En ces temps troublés, la Chrétienté peut, toutefois, se réjouir en apprenant la découverte des reliques de saint Christophe, le premier curé de la paroisse de Féard, mis à mort par des bandits alors qu’il venait de donner l’extrême onction à un ermite mourant !

Enfin, il est dorénavant de notoriété publique que :

· Le comté valamarnois garantit l’indépendance de la république féarde,
· Le bastion d’Oltwirk garantit l’indépendance de la république féarde,
· Le duché deltique a attaqué sans préavis la marche léonine ; le domaine royal apprécie, le siège de l’Archevêché un peu moins.
Spoiler:
 

Hors Role Play (HRP) :


En raison d’une importante erreur d’appréciation de ma part, plusieurs apartés ont subi d’importantes modifications en milieu de semaine ; je ne peux que vous présenter mes excuses pour la gêne occasionnée et vous enjoindre à relire attentivement votre propre aparté, notamment pour les factions intéressées par les conflits du quart sud-est de la carte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ShahAbbas

avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 06/02/2016

MessageSujet: Re: Tour 4 › Hi. 867   Sam 21 Oct - 14:58

Wololo dormait quand Dieu vint lui porté un message en rêve par l'intermédiaire d'un femme fort belle qui lui présenta le "top 50 des chansons folkloriques de Temperys"




1- Les elfes

M- C'est une Histoire qui a pour lieu, un Mv vraiment pas au mieux. On est tous des elfes faux, rester chez nous c'est notre credo.
J- mais on trouve pas le bon moment pour agir! Je crois on tombe encore plus bas, Malefys et moi on fera mieux la prochaine fois!
J et M- Il est venu le temps d'abandonneeeeeer, comme pour le valamarne et l'affront, on les laisses faire ce qu'ils font. Nous on restera bien chez nous à l'Oueeeessssstttt, à cause des Hommes, qui ont fait n'importe quoi!
J- Dragons, dragons et dragons c'est pas encore votre année. On aimerait jouer le mv, mais personne ne nous respecte.
M- On a critiqué mon absence, d'aucun dirait que je ne suis pas dedans. Pourtant moi, j'ai essayé, mais le livret de jeu m'a désespéré.
J et M- On aurait du laissé les commandes à ce con de Bertttttooooooonnnn. Il dit jamais rien, mais au moins les gens l'aime bien.
Il a le sel pour toute une miiiinnnnneeeee. Mais au premier tour, notre politique n'aurait pas été anodine .
B- Il est venu le temps le temps de la vengeance (une fois)! Si j'attrape Malefys, ça sera pas pour lui glisser ma dague dans l'entrecuisse!
La chasse à l'elfe dissident elle est ouverte! j'ai un bon RP mais personne pour me remarquer!!!


2- Les Hommes (attention à bien prononcé les "E")

guil- J'aime pas mes parents (jeannette et Robert), j'aime mon enfant, c'est contrariant. J'aime pas la guerre à l'ouest (d’où [que] le fait [que] je la fait qu'à l'est), ni les pirkes 'sont pas marrants.
Tu  trouves ça peut être politiquement Rpppppque, mais moi j'tembete.
guit- En effet
guil- je ne suis pas athéiste, je suis néo-thomiste, je porte que d'la fourrure (voir act of parlement cloth act 1337 (edw3))
Je ne regrette pas la guerre elfique, je ne suis pas naniste. j'trie mes ordures (sinople dans la verte et guiguit dans la jaune)
Je suis , je le répète, politiquement Rppppppque. Mais moi je t’embête
guit- en effet
guil- j'adore aider les nains, mais je veux aussi le royaume humain. J'aime pas Jeannette. Mais faut bien faire des morts des fois, faut aider l’évêché, et aussi les bourgeois parfois.  
Ça va peut être te paraître, politiquement rpppeuh. Mais moi je t’embête.
Faut battre ellesar et vauban, mais pas trop quand même. Sanctionner ceux qui méta, euhhhhh pas trop quand même.
Les pirkes faut pas trop les tuer mais la couronne faut la récupérer. Tu me trouves sûrement naïf et bête? Politiquement RPPPPPeuh. Mais moi je t’embête.
guit- en effet

3- Les nains

Zer- t'as comme une envie de t'isoler, dans la convé naine tu vas pointer. Du Rp t'en trouveras jamais. Nous on joue pour gagner.
zer,can,sip,- Et nos armées elles sont explosées, Maxsilv on est désolé,c'est pas nous c'est la faute à jdd et les pirkes sont trop pétés.
jdd- La méta on pourra pas s'en passer, mon frics il est démesuré, bientôt 'y aura que nous pour pas emprunter. c'est triste mais le mj peut rien changer.
zer,can,sip- Et nos armées  elles sont explosées, Maxsilv on est désolé,  c'est pas nous c'est la faute à jdd et les pirkes sont pétés.
can- Notre manpower à diminué, les pirkes me font chier, même trassen est ravagée. Bientôt il n'y aura plus que les automates pour recruter.
Zer,can,sip- Et nos armées elles sont explosées, Maxsilv on est désolé, c'est pas nous c'est la faute à jdd et les pirkes sont trop pétés.
jdd- Il y a 3 joueurs qui ne font rien pour nous empêcher, et mon argent ne fait que grimper. Les financement on va les faire jouer et les pirkes vont devoir abdiquer.
jdd,can,sip,zer- Le Rp on l'a oublié, Joueurs on est désolé, c'est pas nous c'est la faute à maxsilv et les pirkes ils l'aient à trop OP.
sip- Des mercenaires j'en est trop distribué, les automates ont plus tués qu'aidés. La 15 B on l'a zigouillé et je sais bien "stratéger".
Sip,can,zer,jdd- Mais d'autres alliés on en à trouvés, pirkes on est désolés, c'est pas nous vous êtes trop pétés, on est vraiment trop désolé .
sip- maintenant, à la fin de jeu il va falloir considérer, que j'ai fait que du RP. C'est pas moi c'est maxsilv j'suis désolé.

4- Les pirkes:

Yan- Qui dit "Mv" dit baver, qui dit "continuez!" dit branler
Mozz- qui dit faction dl'est dit détresse, qui dit Vauban dit imprévoyant. Moi je veux pas finir comme lui (montre Yandhen) j'ai trop peuuur
yan- qui dit igrudi dit refroidi qui dit armée dit paumé
Yana- qui dit 9B dit échoué et me r'voilà je ne sais ou à gérer 30 éclaireurs, les finances dans le flou .
mozz- ils auraient vraiment du gagner mais ils ont pris une raclé, dès que les pirkes se présentent ils se prennent une coalition géante.
yan Mozz yana- Alors on flippe, alors on flippe, alors on flippe, alors on flippe
mozz- pourtant tu t'dis que c'est gagné, dans les armées t'es premier
yan- quand tu crois enfin que t'as 15B au cul tu te prends un coup de pied. Ton RP il est brisé, tu t'croyais déjà par karmachi rallié
mozz- depuis l'tour 1 on passe pour des monstres alors on pris pour que ça s’arrête
Yan- Bientôt  c'est mon tour faut que je passe le prochain tour, sinon comme yandhena et Mozzafar je vais passer pour un cafard
yan, yana mozz- pic, pic , pic, pic, pic pic
Mozz- alors je flippe
Mozz, yana, yan- pic, pic , pic ,pic pic
alors on flippe
alors on flippe
alors on flippe
alors on flippe
alors on flippe








Version d'illyu:
Y: Qui dit fin de tour dit pression
Qui dit armée dit branlée
J: Qui dit pirke dit prend une veste
Qui dit Yandhen ne dit plus rien
Y: Qui dit Tour 2 dit déroute
Qui dit 15B dit paumé
Qui dit tour 4 dit échec
Et voila que je perd en 9C
Et j'ai pas assez de réserve
Pour pouvoir continuer
J: Il aurait vraiment dût gagner mais il c'est pris une raclée
M: Chaque fois qu'Igrudi se présente il se prend une baffe géante

JYM : Alors on flippe (4)

M: Pourtant tu dit que c'est gagné
En 17B t'as fini premier
Y: Quand tu crois enfin que tu va avancé
Au cul tu te prend un coup de pied
Ta partie elle est terminée
Tu te croyais déjà en 4C
J: Depuis le tour 1 on gagne rien
alors pour que ça s'arrête
M: Au tour 5 c'est mon tour,
faut que je tienne plus de deux tour.
Sinon comme Jasmine et Yandhen
je vais me faire manger par les nains
JYM : Gla gla gla gla gla
M : Alors je flippe
JYM : Gla gla gla gla gla
M : Alors on flippe

JYM : Alors on flippe (4)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vauban



Messages : 100
Date d'inscription : 15/08/2015
Localisation : Yorwick

MessageSujet: Re: Tour 4 › Hi. 867   Sam 21 Oct - 23:24

Robert avait appelé à lui ses vassaux, il devait discuter des affaires du comté et de la marche à suivre pour le printemps. Les troupes qu'il avait patiemment mobilisé s'impatientaient.
Le premier jour il n'avait rien dit, il avait seulement tâté le terrain, avec les seigneurs locaux.
Le lendemain du second jour, la discussion s'ouvrit dans la grande salle du palais.
La salle était vaste, boiseries et tapisseries couvraient les murs de pierre. Cela permettait partiellement de se protéger du froid mordant du dehors mais c'était surtout un signe de richesse apparent. Au fond de la salle, le feu pétillait dans le grand âtre. La grande table sculptée prenaient une bonne portion de la pièce, autour s’affairaient convives et les serviteurs.

Parmi les invités Robert parvenait à peine à se rappeler des noms de ses principaux Barons. Les Édouard, Pierre, Paul et autre imbéciles en armure. Boniface s'était assis à proximité de lui, dans son rôle de conseiller. Même lui ne savait rien.

Robert parla assez longuement. L'ambiance lui était déplaisante, sa timidité naturelle le mettait mal à l'aise. Il se sentait de moins en moins convaincu de la justesse de ces choix, de la nécessité et de l'utilité de son discours. Il expliqua la situation difficile dans laquelle se trouvait le royaume, les actions diplomatiques qui avaient justifiées son immobilisme l'année précédente. Des guerres à l'est et de la perte des terres humaines aux sud.

Les Barons et chevaliers opinaient de la tête. Ils pensaient trop lentement. Ce n'était pour eux qu'une mise au point futile avant les combats. Seul Boniface le regardait, l'ai préoccupé.
Robert arriva au moment difficile, ce qu'il proposait pour l'année à venir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeray

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 07/09/2017

MessageSujet: Re: Tour 4 › Hi. 867   Sam 21 Oct - 23:42

Bastion de Trassen
Artémis se réveilla en sursaut. Gorim, l'intendant, et Markus, le chancelier son père, l'avaient réveillé aux aurores.
"Artémis, les pirkes, Artémis ! "
Les deux hommes se coupaient la parole tout deux, à la fois inquiets et soulagées, heureux et tristes. Quelque chose ne tournait pas rond.

-Quoi ? Ils ont attaqués ?
-Non non ! C'est bien ...

Elle n'entendit même pas le dernier mot. Elle se précipita à la fenêtre, cassée depuis longtemps par les armées Pirkes. Et ce qu'elle vit lui coupa le souffle.
Ils n'étaient plus là. Ils avaient levés le siège. Et il manquait curieusement une odeur désagréable.

"-Où ont-ils pu partir...
-Affronter Wilhem, en croisade contre l'amas Karmachi. Artémis..." commença son père.
Elle blèmit. Elle faisait un rapide calcul. L'amas assiègeant la capitale, il y avait des milliers d'hommes... Et Wilhelm...
Ses craintes se confirmèrent lorsque Gorim lui tendis alors le casque de son ami d'enfance. Capturé par les pirkes, un survivant avait réussi à ramener la nouvelle et son casque. Décoré avec des runes antiques, sans doute aussi vieilles que le Bastion, il était indiqué : "Qui me porte ne connait pas la peur". Des petites ailes finement ciselées partaient vers l'arrière du casque... Tâchées de sang.

Elle le regarda gravement. Puis, demandant à être seule, elle reveti son armure, attacha sa marteau dans son dos, puis sorti gravement, le casque encore tâché sur la tête. Elle se présenta ainsi devant son père. Toute la salle s'inclina devant elle, consciente des sacrifices qu'elle endurait comme tous et toutes.

"Chancelier", commença-t-elle, "je dois aller inspecter la cité et ses fondations. Notre Bastion a beaucoup souffert de ces vils Pirkes."
"-Va, ma fille, Survivante Trassen. Notre Bastion est honoré de t'avoir à son service en ces temps si troublés, toi qui a payé ton tribu plus d'une fois... Gorim t'accompagnera."

Elle passa ensuite sa journée à inspecter Trassen, sa cité chérie, sous toutes les coutures. Elle supervisait les travaux de remise à niveau, accompagnée de Gorim et du Maître-Ingénieur de la ville, Sigfried Sterhold.
Ils discutaient avec les travailleurs, regardaient les plans avec les architectes, apportaient également un coup de main. Le peuple était rengaillardi par ses actions. Elle parvient enfin aux fondations, où, proches des mines, des nains s'affairaient à enlever quelques cadavres de Pirkes, et confectionnaient le mortier nécessaire, tandis que des automates, fière invention du génie nain, plaçait les pierres au bon endroit à tous les coups.

Un détail l'interpella tout d'un coup. Elle se tourna vers le Maître-Ingénieur, et lui posa la question suivante :
-Avons nous beaucoup d'automates ?
-Plusieurs milliers, Conseillère.
-Et, depuis combien de temps les utilisons nous ?
-Hum, bien avant la guerre de l'Affront, Conseillère...
Ces questions mirent mal à l'aise le pauvre Maître-Ingénieur.
-Et, à quoi nous servent-ils ?
-Miner, construire, transporter...
-Pas à nous battre ?
-Cela n'a jamais été tenté...
Le nain était devenu blême, tortillant sa barbe dans tous les sens. un éclair de peur passa sur son visage, tandis que celui d'Artémis restait impassible.
-Vous voulez dire, qu'en plusieurs centaines d'années, alors que la menace Pirke était continue, alors même que nous avons vu notre empire s'effrondrer et la première migration a failli nous emporter, et que la seconde est sur le point de le faire, personne dans ce Bastion n'a eu l'idée de donner des armes à ces automates ?
Le ton était devenu très menaçant. Le vide s'était fait autour d'eux. Gorim s'était replié, et même les automates avaient trouvé mieux à faire à l'autre bout de la galerie.
Le Maitre-Ingénieur était sur le point de défaillir. Il ne pu que hocher la tête, au bord de l'évanouissement devant l'hostilité soudaine d'Artémis.

Artémis poussa alors un cri de rage immense. Fatiguée d'avoir le poids du Bastion sur les épaules. Fatiguée d'être constamment en danger. Fatiguée d'avoir mené son peuple dans une voie bien sombre. Attristée par la capture de son meilleur ami. Anéantie par le peu d'espoir. Et désespérée par la prétendue ingéniosité d'un peuple n'ayant pas trouvé le moyen de mettre des armes à des automates peu chers et efficaces.

Ce cri fut entendu dans tout Tempérys. Les pirkes asiégées de l'Amas Igrudi furent saisis d'effroi. Wilhelm, prisonnier, reconnu immédiatement la voix de son amie. Son père vu les beaux vitraux de la salle du trône se briser, et plusieurs automates un peu trop curieux furent brisées en miettes. On murmure même que les mages du Cercle des elfes tremblèrent à l'unisson devant ce cri de rage pure.

Lorsque la poussière retomba, entre plusieurs automates, gisait le Maitre Ingénieur. Son coeur avait lâché, Gorim envoya des automates le porter à l'hopital. Il n'était pas trop tard.
Quand à Artémis, elle se tenait debout, encore plus déterminée qu'auparavant. Elle parcoura la salle du regard. Une naine lui rendit son regard, aussi déterminée qu'elle, alors que les autres baissaient tous les yeux.
"-Toi. Quel est ton nom ?
-Eva Ochezenacht, Conseillère.
-Félicitations, Eva. Tu viens d'obtenir une promotion. Pour la gloire et le salut du Bastion, tu supervisera l'armement des automates. Tu aura accès à toutes les ressources qui te seront nécessaires, et la reconnaissance éternelle du Bastion et des autres Nains si tu réussi. Bonne chance.
-Je ne vous décevrais pas."

Elle s'en alla, prête à tout pour le Bastion. Artémis décida de garder un oeuil sur elle : elle lui semblait très prometteuse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guiguit

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 16/08/2015
Localisation : Pépinople

MessageSujet: Re: Tour 4 › Hi. 867   Sam 21 Oct - 23:50

Duché deltique

Plutôt la mort que la souillure

Tour 4 : La campagne de la Marche


L’ost, la grande armée du Duc de Deltie, avait été promptement mobilisé. Des dizaines de milliers de combattants marchaient désormais vers l’ennemi, la Marche léonine… En effet, le seigneur Hardy avait définitivement clos le chapitre de la négociation, de la trêve et de l’unité pour écrire avec une encre rouge du sang de ses sujets ses ambitions mortifères. Son agression injustifiée du domaine royal, sa lecture partisane des Saintes Ecritures ont poussé Willem de Famars à accomplir sa promesse : rétablir l’unité du royaume détorien, même si le Deltique regrette d’avoir à le faire manu militari. Alors que des experts certifiés par l’Archevêque lui-même ainsi que les coutumes du royaume inclinaient à résoudre pacifiquement la succession, le Léonin s’est englué dans une position qui ne pouvait mener qu’au conflit, qu’il a par ailleurs lui-même provoqué. Et dire que les braves qu’il a envoyé dévaster les terres de la reine Jeanne auraient été plus autrement efficaces contre les Pirkes au Sud et à l’Est pour soutenir le royaume et ses amis nains ! Faut-il que la folie d’un renégat condamne des enfants du Seigneur ?

L’entrée des Deltiques dans la Marche s’est fait sans heurt avec les villages traversés. Bien tenus par des officiers compétents, les Deltiques ont impressionné leurs compatriotes léonins, leur rappelant cependant avec tristesse leurs pères, frères et fils partis combattre dans une guerre civile vaine. La levée du ban et de l’arrière-ban de la Marche l’avait vidé de ses combattants. Ainsi, la plupart des vassaux Hardy (ou leur gouverneur) avait rendu leurs places devant l’ost de Deltie. Certes, l’un ou l’autre damoiseau ou damoiselle avait bien fait mine de résister en revêtant une armure d’homme mais la mise en ordre de bataille de quelques compagnies les effrayèrent assez souvent pour qu’ils ouvrent leurs portes et ploient le genou.

Laissant à ses généraux le soin de faire capituler les châteaux de moindre importance, le duc Willem s’était porté avec ses meilleures troupes sur le sésame de la Marche : sa capitale Margépic. Un gigantesque champ de tentes s’était élevé en très peu de temps devant la forteresse dont les murs-bien que hauts-n’avaient rien en commun avec ceux de la Citadelle de Pépinople. Mais, rien ne résiste à un homme déterminé et appuyé par Dieu, n’est-ce pas ?

_________________
«Vous n'êtes pas obligés de me croire, mais attendez-vous à devoir reconnaître vos erreurs.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Berton

avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 15/08/2015
Age : 22
Localisation : Forën (Clan Zebhyriel)

MessageSujet: Re: Tour 4 › Hi. 867   Sam 21 Oct - 23:55

La vie d’Aeglothiel, fille des Premiers-nés, Dame de Forën, Reine du clan Zebhyriel


- Livre XIV -


*** Bataille de la Trouée Ignée ***

Les derniers écrits que mon feu père posa sur le papier ne reflètent sans doute pas au mieux l’excellence de l’œuvre de sa vie. Cette conclusion malgré elle, il l’inscrit à un âge avancé où l’incoercible vieillesse en vient à embrumer l’esprit et ébranler la main. Ainsi, son dernier récit qui concernait la fameuse bataille de la Trouée Ignée qui a vu périr le roi André II Valcimiers et le seigneur Persaelon du Clan Zebhyriel n’est malheureusement rien d’autre qu’un charabia illisible et incompréhensible. On peut au mieux y déchiffrer certains mots privés de leurs contextes : « retard, embuscades, désertions, trahisons, alertés, massacrés... ».

De sorte à lui rendre hommage, j’ai travaillé des mois à rassemblées preuves et récits de ces évènements afin de pouvoir parachever son œuvre au mieux. J’ai en particulier reçu l’aide du seigneur Galhir, fils de Meghiel, dernier né du clan Zebhyriel qui seconda son oncle Persaelon au commandement de l’expédition elfe. Il a en effet daigner me faire part d’un récit que peu jusqu’alors avaient osé sollicité.

A l’issue du pacte de Forrën de 865, une alliance entre le Royaume Déotorien et les Clans elfiques avait été conclue pour repousser les téméraires pyrques Igrudi au-delà des monts Argentins. Il avait été convenu que les armées déotorienne et elfe fassent leur jonction aux frontières de la Marche Léonine l’été de l’année suivante. Au printemps, les renforts des clans Alenyel et Norrowel était arrivés et placés sous le commandement centralisé du clan Zebhyriel qui avaient fourni le plus de bataillon. C’est ainsi que le commandement des troupes elfes échu à Persaelon.

Persaelon était quelqu'un de présomptueux. Il refusa de prendre compte des rapports envoyés par le Royaume l’avertissant du retard dans leurs préparations et décida de partir malgré tout en campagne.  Il fit une erreur de jugement en considérant que la nouvelle de l’avancée elfe allait pousser les hommes à avancer leurs préparatifs. Il atteignit ainsi dès le début de l’été la frontière entre l’Amas Igrudi et la Marche Léonine tandis que l’ost d’André n’avait même pas encore quitté Cylinve.

Les elfes n’étaient pas équipés pour une campagne longue mais plutôt que de faire demi tour pour se ravitailler, Persaelon pris la décision de pénétrer le territoire pyrque dès qu’il reçu la nouvelle du départ de l’armée déotorienne. C’était déjà la fin de l’été et les pyrques s’étaient préparés. Embuscades après embuscades, les pertes elfes s’accumulaient pour des avancées dérisoires à travers la trouée Ignée. Galhir qui secondait son oncle au commandement n’était pas le seul à insister pour que l’armée fasse demi-tour et attende l’arrivée de ses alliés mais ce dernier refusait toujours catégoriquement en prétextant que les pyrques subissaient des pertes trois fois supérieures pour chaque escarmouche.

A l’automne, la jonction n’était plus très loin, l’ost royal étant finalement pratiquement parvenu à rattraper l’armée elfe. Ceci dit, les pyrques semblaient avoir été mis au courant de cette jonction et s’était préparé en conséquence. Alors qu’ils s’étaient contentés jusqu’à présent d’escarmouches mineurs, c’était une armée massive qui faisait désormais face aux elfes. Alors que tous conseillaient à Persaelon d’attendre l’armée d’André, celui-ci considéra que c’était la l’occasion de prouver aux hommes la valeur des elfes. Volées après volées, mêlées après mêlées les pyrques ne cessaient d’arriver de plus en plus nombreux. La vue des corps de leurs frères et sœurs jonchant le sol était de plus en plus insupportable pour les elfes. Persaelon, voulant redonner courage et vaillance à ses hommes, décida de lancer son char dans la bataille. Mais on ne vit bientôt plus de lui que son char, couvert de flèches et autres projectiles, s’enfonçant dans la mêlée.

Le commandement échu dès lors à Galhir qui se résolu à sauver ce qu’il restait de l’armée elfe en sonnant la défaite. Dans le replis, les elfes croisèrent un détachement déotorien dont les armoiries étaient familères aux elfes qui les avaient déjà croisées sur le champ de bataille. Ceux-ci avaient semblerait-il assisté à la bataille sans pour autant réagir. Galhir leur demanda de prévenir le roi André du guet-apens qui l’attendait. Sans doute que si ce dernier avait été prévenu, l’issue de la bataille aurait bien différente. Galhir était malgré tout parvenu à reformer remotiver ce qu’il restait de l’armée elfe de sorte à pouvoir enfin concrétiser cette jonction. Mais il ne resta bientôt plus personne à rejoindre.

_________________
« Oui, alors, pourquoi ? Pourquoi trahir sans arrêt les gens avec qui je collabore ? Je dirais que c'est probablement une réponse compulsive à une crainte de m'attacher. Briser une relation plutôt que la cultiver pour ne pas se retrouver démuni face au bonheur. Oui, pour répondre à votre question : j'ai peur d'aimer ! »
La Roi Loth d'Orcanie (François Rollin) dans A. Astier, Kaamelott, Livre VI, "Praeceptores".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinople300

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 25/09/2015

MessageSujet: Re: Tour 4 › Hi. 867   Dim 22 Oct - 1:19

Le lanceur est là, son projectile en main. Il observe d'un œil perçant son adversaire en face de lui, cherchant un signe de faiblesse de sa part. Tout son corps est aux aguets.
Une brise glacée souffle sur le lieu de l'affrontement et le silence est d'un calme Olympien. Une petite mésange seule se risque a voleté en troublant le calme pour rejoindre un lieu où nicher.
En face du premier guerrier un marteleur se dresse. Tenant solidement sa masse de ses deux mains puissantes, ses muscles tendus à tout rompre. Il sait qu'il n'aura droit qu'à un seul et Unique essai.
A cet instant précis, le lanceur s'active et envoie dans une action parfaite son projectile qui fonce à une vitesse effrayante vers son adversaire. Le projectile grimaçant sous cette impulsion fait horreur a voir.
Le nain en face d'un coup brutale mais précis frappe l'objet, qui manque d'exploser avec ce coup, et qui s'envole loin vers le ciel fendant l'air et frôlant les nuages, franchissant quasiment les lim... NON pas Quasiment! La tête FRANCHIT BIEN LES LIMITES DU TERRAIN!

Spoiler:
 

La foule des spectateurs est en délire en voyant la tête du prisonnier pirke s'écraser au loin. Le Marteleur salue fièrement la foule et entame à petites foulées le tour des trois bases qui donnera le point gagnant à son équipe, le lanceur pendant se temps mange de rage son chapeau (qui est tout de même un casque en fer). Le joueur après qu'il est marqué le point est monté sur les épaules de ses camarades, qui le dirigent vers la taverne la plus proche. Vürn Popovitch est alors le nouveau champion de cette nouvelle discipline qu'est le: "Basebale avec une tête de pirke en balle".

Kärn Fendeur de Crâne et son lieutenant Heimlich Cueilleur de Coquelicots discutent alors du match.
-Ah ah, beau match pas vrai?
-Oh oui j'ai adoré quand le sang a giclé.
-Et puis on pourra en faire un tout les jours de ce genre match ou même dans des déclinaisons vu le nombre de prisonniers qu'on a depuis la dernière bataille on maquera pas de balles.
-Vrai, et ça occupe nos gars pour la durée du siège.
-Bah tu appelle ça un siège? On dirait plutôt une chasse contre un lapin dans son terrier. Regarde moi ça, c'est juste un tas de boue avec des palissades en bois, ça ne vaut vraiment en rien la maçonnerie naine. Honteux honteux je te dis.
-Reste qu'il va falloir pilonner tout ça à coup de canon pour être sûre que ça passe. Ils sont acculés mais reste qu'ils sont solides et rusés.
-S'ils résistent jusqu'à ce qu'on lance l'assaut on aura qu'à utilisé a nouveau le feu grec comme à la dernière bataille.
-Je ne sais pas, les voir à nouveau hurler pendant qu'ils carbonisaient ça me coupe encore l’appétit rien que d'y penser et puis je me rappelle cette immonde odeur...
-Ah ah ah! Mais c'est comme rôtir un cochon, ce ne sont que des animaux! pig

_________________


Dernière édition par Sinople300 le Dim 22 Oct - 10:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jddelsignore

avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 20
Localisation : Oltwirk

MessageSujet: Re: Tour 4 › Hi. 867   Dim 22 Oct - 1:49

BASTION D’OLTWIRK



La chope s’était brisée sur le sol et sa précieuse contenance répandue sur les dalles de pierre. Brogar releva la tête (il s’était assoupi sur la table) et grommela quelques injures.
- Quel tremblement de terre est responsable de cet acte ? Maudit soit-il, par tous les dieux ! lança-t-il, tandis que des serviteurs s’activaient à nettoyer le grabuge.
- Monseigneur, cela s’apparentait davantage à un cri qu’à un...
- Sottise ! Tu trouves réellement amusant de te moquer ainsi de ton Roi ? Ferme-la et ramène-moi plutôt à boire.
- Tais-toi, bouffon, lâcha Dorag le Rouge, un des oncles de Brogar. Tu ferais mieux de te préoccuper de l’escouade qui s’est fait oblitérer par ces chiens de Pirkes !
Les deux hommes se fixèrent dans les yeux pendant quelques instants, avant que le Borgne ne rompe ce silence par un rire des plus bruyants.
- Hahahaha ! Ces pédérastes n’ont eu que ce qu’ils méritaient. J’en ai rien à foutre mon brave. Et qu’on me serve à boire avant que je ne devienne vulgaire !
Derrière lui, un de ses cousins – dénommé Fijar – se tapait la main contre le front.
- Mon cousin, si je puis me permettre. L’heure n’est pas vraiment aux délices. Nous y reviendrons lorsque les temps y seront favorables.
- Bien bien, ronchonna Brogar. La vie de roi mes chers... elle est bien compliquée. Nous sommes toujours sujets aux plus vives critiques, interdits que nous sommes à goûter à cette denrée sacrée qu’est la bière. Et même savourer les frais produits de nos alpages nous fait immédiatement passer pour des souverains bons à rien. Mais nous y avons-nous aussi droit : alors laissez-moi terminer mon breuvage en paix. Nous parlerons affaires ensuite.

_________________
HAIL TO CARANTHIR !

Dilium > you fast bastard!
Dilium > ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tour 4 › Hi. 867   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tour 4 › Hi. 867
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le glorieux forum des Mondes Virtuels :: MV Temperys :: Plateau-
Sauter vers: