AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tour 2 › Été 867

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maxsilv

avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 15/08/2015
Localisation : Par-delà la Porte des Mondes

MessageSujet: Tour 2 › Été 867   Lun 2 Oct - 22:58

Tour 2

Été 867

.


J’espère que vous avez bien profité de vos richesses, sans faire trop de largesses, car le prochain impôt annuel ne surviendra qu’à l’aube du tour 5 ! De ce point de vue, tout le monde n’a pas été logé à la même enseigne. Certains, malgré la fortune amassée, affichent une corruption galopante. D’autres se montrent, au contraire, beaucoup plus efficaces dans la collecte de l’impôt. Voici donc sans plus attendre les 3 factions, parmi celles jouées, les moins corrompues (c’est-à-dire avec la différence entre l’impôt brut et net la plus faible) :
Spoiler:
 

Résumé du tour précédent :


L’épouse de feu le roi André a accouché d’un enfant bien portant ; il est né le divin enfant, chantons tous son avènement ! Peut-être cet heureux événement (malheureux, selon les points de vue) sortira-t-il les prétendants au trône de leur actuelle torpeur ?

Pendant ce temps, un soleil rouge du sang versé se lève à l’est, la guerre entre les Nains et les Pirkes ayant fait son lot de victimes. Si le bastion d’Ochoz peut s’enorgueillir d’avoir accompli un raid en territoire ennemi, celui de Trassen, en revanche, risque l’asphyxie : pendant que ses troupes combattaient vaillamment contre l’amas Igrudi, une puissante armée Karmashi est parvenue aux portes de sa capitale !

Informée de la gravité de la situation, l’archiviste Gunda a procédé à l’« obstruction » des Faiseurs de Mémoire [carte « horreur » tirée]. Jusqu’à nouvel ordre, la voie commerciale passant par Spiror est coupée ; le bastion d’Ochoz ne peut plus commercer avec le reste du monde. Par ailleurs, tous les libres passages et autres accords consentis avec les Faiseurs de Mémoire sont annulés. Traverser leur territoire se fait désormais à la même vitesse que sur une province hostile.

Cette nouvelle migration ne s’arrête pas là. Au sud, les maigres troupes de l’Archevêché ont été forcées de battre en retraite sur l’île-aux-Chanoines, tandis que les Pirkes s’emparaient du cap du Midi et du détroit des Pèlerins. L’archevêque enjoint tous les bons chrétiens à défendre la cité d’Équilia si, par malheur, elle était assiégée.

Signalons aussi que « Dro », un explorateur de renom, a retrouvé la place-forte de Fürn, située au sud des monts argentins, tombée dans l’oubli pendant des générations. Il a ramené à son peuple des documents dont même les Faiseurs de Mémoire ignoraient l’existence [+1 en réputation auprès de toutes les factions naines pour son découvreur] !

Enfin, une maladie jusqu’alors inconnue a frappé deux éminents membres de la cour du clan Norrowel [seconde carte « horreur » tirée]. Elle n’a pas l’air très contagieuse, mais elle est très virulente ! Espérons quand même qu’elle ne se propage pas ailleurs.

Dans ce chaos ambiant, il est de notoriété publique que :

· Le bastion d’Ochoz a déclaré la guerre à l’amas Igrudi,
· Le clan Alenyel s’est allié au clan Zebhyriel,
· Le clan Norrowel s’est allié au clan Zebhyriel,
· Le bastion d’Oltwirk s’est allié au bastion d’Ochoz,
· Le bastion de Trassen s’est allié au bastion d’Ochoz,
· La fraternité de Fürn garantit publiquement l’indépendance du clan Zebhyriel et vice-versa.
Spoiler:
 

Hors Role Play (HRP) :


Dorénavant, afin de ne plus avoir à me répéter, vous devrez passer par le sujet « Conseiller » pour poser vos questions concernant les règles du jeu. Ainsi, les réponses profiteront à tous et à toutes ! En dehors des questions les plus sensibles, je n’accepterai donc plus de vous répondre dans une conversation informelle.


Dernière édition par Maxsilv le Mer 4 Oct - 19:55, édité 3 fois (Raison : Carte mise à jour.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
elessar

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 16/08/2015

MessageSujet: Re: Tour 2 › Été 867   Mer 4 Oct - 22:09

Après des jours de recherches le Chiancellier Amaury d'Ivrea avait trouvé les canons. En effet deux parchemins frappés du sceau royal des anciens rois et donc faisant foi de droit sont d'une importance capitale pour l'avenir du Royaume. Voici le premier de Jean de la Cuivrière ancien chiancellier du royaume dans les temps anciens: qui avait écrit les lois de dévolution de la couronne dans son parchemin de Rex:

"Ainsi que l'on peut considérer que d'une part la couronne est de part nature indisponible. Le Roi ne peut pas choisir son héritier, puisque c'est par la volonté de Dieu qu'un héritier est. Dès lors que le Roi meurt, ou est incapable de corps ou d'esprit d'assumer sa fonction, la couronne échoie à celui de ses enfants, qui est né en premier et qui est capable de corps et d'esprit au moment ou cela arrive, car le transfert de la personnalité de roi se fait dès l'instant, il ne peut pas y avoir de vide, de période sans souverain dans le royaume. Ainsi ce caractère de capacité de corps et d'esprit empêche de facto les personnes portant handicape physique ou intellectuel. Tel que l'incapacité de marcher ou de parler, mais cela enlève de fait aussi les enfants qui ne sont non encore nés. Ces êtres sont incertains dans leur naissance et dans leur intégrité, la personne de Roi ne peut s'attacher à ces êtres incapables de vivre par eux mêmes donc à être souverain."

Mais aussi un autre canon de l'évêque Horiou, un des premiers évêque à avoir régné en ce royaume:

"L'adultère est une chose grave mes enfants. Il arrive d’accoutumer qu'il saisisse deux êtres sains de corps et d'esprit mais non libre dans leur lien charnel. Mais il peut arriver d'une autre façon. Si un homme est marié mais que sa femme meurt, il peut certes se remarier pour satisfaire ses désirs charnels. Mais n'oubliez pas que notre Dieu est un Dieu qui lie par le mariage indéfiniment deux êtres sur la terre comme au ciel. Donc l'homme reste éternellement marié à sa première femme et aucun enfant de sa seconde femme ne pourra jamais être légitime, ça ne sera que des enfants naturels si il a déjà procréé une quelconque progéniture avec sa première femme."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yandhen

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 30/05/2016

MessageSujet: Re: Tour 2 › Été 867   Ven 6 Oct - 12:10

Artlow aiguisat la lame de son épée lorsque l'on vint le prévenir. La horde occidental avait été mise en déroute par les nains. Gog était lui même introuvable. Artlow, à ces mots, grogna. C'était fâcheux. Ennuyeux.

Il ne pris pas outre mesure et donna ses ordres à Tchak pour la suite. Il avait toute confiance en lui.
La perte de Gog et de son armée avait été un revers. Mais cela faisait partie des risques après tout.

Mais autre chose le préoccupait aujourd'hui. On lui avait amené une série de document aujourd'hui. Son explorateur avis fait merveille il semblerait, et il se décida de, plus qu'étudier ce qu'il y a fait écrit, d'apprendre le langage runique de ces parchemins. Après tout, il devait apprendre la langue avant de pouvoir communiquer avec ses futurs sujets!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ShahAbbas

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 06/02/2016

MessageSujet: Re: Tour 2 › Été 867   Sam 7 Oct - 15:13

Siège de Trassen Été 867

"Le Monde ne peut pas disparaître par une si belle journée d'été"
Du bruit des masses.
La horde allait atteindre son première objectif, se débarrasser du bastion du sud, déjà les myriades de bataillons se concentraient sous la bannière de leurs chefs de guerres; on avait alors ravagé l'arrière pays.
Derrière, donc, des ruines et devant la fin du blocus nain au sud. Des milliers d'individus s’étaient ainsi rassemblés, on avait jamais vu, à l'est du cirque éruptif, autant de Pirkes. Les horizons s'y croisaient (n'est ce pas Antoine?): alors que certains n'étaient fétus que de cuir bouilli ou de peaux de bêtes, d'autres portaient des alliages en bronze et des boucliers en bois, leurs chefs imposaient par leurs montures et la céramique teintes, avec panneaux de bois, sur la maille et les pointes d'acier.
La garnison naine de trassen allait bientôt  finir au bout de piques et les abus seraient innombrables, la cité naine qui avait fait splendeur allait être pirke; en tout cas Karmashi-Kurmirh  Garsirid-gaksird se réjouissait de cette pensé.

Les civils qui avaient été trouvés furent décapités ou violés, et on alluma des feux (pour voir grandir la flamme de la détresse dans leurs yeux) tout autour de la forteresse, afin que les habitants puissent entendre les suppliques de leurs anciens paires. Toute la saison avait été alors consacrée au pillage et à la destruction, cela devait cesser, la prise de la forteresse calmerait les Hommes et permettrait l'établissement du règne du nouveau chef sous une aube bienveillanet.

Karmashi-Kurmirh  Garsirid-gaksird Pirke errant ou mythe errant?
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f1/Reagan_Mitterrand_1984_%28cropped%29.jpg
"je ne m'attendais pas à un tel degré de vilainie"


Dernière édition par ShahAbbas le Sam 7 Oct - 15:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Berton

avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 15/08/2015
Age : 22
Localisation : Forën (Clan Zebhyriel)

MessageSujet: Re: Tour 2 › Été 867   Sam 7 Oct - 15:13

La vie Aeglothiel, fille des Premiers-nés, Dame de Forën, reine du Clan Zebhyriel


- Livre XIV -


*** Hiver 866 ***

L’hiver fut rigoureux, si nous avons l’habitude de voir l’activité baisser en hiver que ça soit dans l’accueillante forêt de Forën et partout ailleurs à la surface, cet hiver fût parmi les plus austères et implacables du siècle. Pendant des semaines, il empêcha le fonctionnement normal des patrouilles militaires, le bon déroulement du commerce ou encore l’exécution des missions des représentants de la république, partout dans Tempérys. Même les nains sous la surface furent apparemment touchés. Ceci dit, le froid et la neige ne semblent en revanche pas eu raison des pyrques qui, sans doute poussés par la faim, parvinrent à atteindre la forêt de Forën, rompant ainsi son calme habituel. Pour autant, cette horde pyrque déjà chancelante fût sans grande difficultés écrasée et les quelques survivants dispersés ne tardèrent pas à succomber du froid. Nous avons appris plus tard que des escarmouches pyrques  du même acabit eurent lieux dans de nombreux autres lieux de Tempérys, repoussées vaillamment pour la plupart, les rumeurs font pour autant état d’une situation plus complexe dans le Duché Deltique duquel nous n’avons depuis lors plus nouvelles. Les autres nouvelles de Tempérys rapportent également des troubles inquiétants, plusieurs révoltes eurent lieux quasiment simultanément, notamment à Cylinve et à Fürn, bien qu’elles aient été finalement toutes réprimées.

*** Printemps 867 ***

Si la fin de l’année 866 fut particulièrement éprouvante avec un hiver au combien rigoureux, le début de l’année 867 fut quant à lieu bien plus propice. A Forën, l’hiver se termina quasiment un mois plus tôt qu’à l’habitude. On put dès lors assister à un relent d’activité quasi effréné dans le Clan Zebhyriel, en moins d’un mois, c’est comme si tout ce qui avait été paralysé par l’hiver était rattrapé. De l’avance avait même prise sur le printemps ce qui laissait présagés à certains un léger relâchement à venir.

Le tumulte ne fut pas uniquement économique en ce début de printemps. En effet, le domaine Zebhyriel reçu également la visite de nombreuses délégations diplomatiques. Si certes Forën a été à plusieurs reprises un haut lieu de réunion diplomatique à travers le temps, Il y avait cette année quasiment autant de monde qu’il y a deux ans. Si ce ne fut pas le cas pour autant, c’est sans doute parce que beaucoup firent escale à Furn en premier lieu.

Quoi qu’il en soit, c’est le représentant de Furn qui fut premier à atteindre la capitale du domaine. Reçu par la reine, les discussions privées furent longues et apparemment ardues. Ceci dit, les relations entre la fraternité de Furn et le clan Zebhyriel étant jusqu’alors cordiales, il n’y avait aucune raison pour que les propositions de Furn soient accueillies avec hostilité. Il fut ainsi décidé que, exposés aux mêmes menaces, la Fraternité de Furn et clan Zebhyriel s’engagent ensemble à assurer leur défense commune.

Nous reçûmes également la visite des représentants de Jeannette, fille du roi André II et prétendante au trône détorien. Bien que les négociations n’aboutirent que sur la moitié des propositions émises, la reine Aeglothiel a consenti à ratifier le traité temporaire jusqu’à l’approbation des derniers points restés en suspens.

Enfin, arrivant de l’autre côté de Tempérys, la reine Aeglothiel reçu la visite des représentants de ses confrères elfes des clans Alenyel et Norrowel, ayant fait la route ensemble. La dame de Forën les accueillît chaleureusement. Dès le lendemain, ils proclamèrent communément le renouvellement de l’illustre alliance des elfes. Cette alliance qui avait pris fin dans les douloureuses circonstances de la conquête du Valamarne est désormais rétablie, les trois clans elfes s’engageant à faire face ensemble contre toute menace à leur intégrité.

_________________
« Oui, alors, pourquoi ? Pourquoi trahir sans arrêt les gens avec qui je collabore ? Je dirais que c'est probablement une réponse compulsive à une crainte de m'attacher. Briser une relation plutôt que la cultiver pour ne pas se retrouver démuni face au bonheur. Oui, pour répondre à votre question : j'ai peur d'aimer ! »
La Roi Loth d'Orcanie (François Rollin) dans A. Astier, Kaamelott, Livre VI, "Praeceptores".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guilorque



Messages : 54
Date d'inscription : 17/08/2015

MessageSujet: Re: Tour 2 › Été 867   Sam 7 Oct - 19:51

Dans les jardin de la marche


Seigneur de la Marche :
Qu'elle est la situation ?

Général :
Nos troupes se préparent à toute possibilité seigneur.

Président de la salle des Président :
D’après nos rapports toute les salles sont réunie est travaille sur les meilleurs chose à faire.

Président de la salle des égaux :
Est bien seigneur, la salle des égaux a permis de réunir le peuple sous votre bannière, il sont du moin pour l'instant prêt  à se qui pourrait arriver.

Aliénor :
Mon enfant est bien portant, cela fait plaisir, j’espère que mon bébé vivra longtemps et réussira dans sa vie.

Seigneur de la marche :
Moi aussi Aliénor, toute mes troupes seront la pour vous protéger.
Général !  comment se passe nos frontières ?

Général :
Est bien, les pirkes sont toujours une menace malgré les bruits qui cours sur une forte défaite de leur part, de l'autre coté la maison royale se porte bien trop calme, et pour la frontière au Midi tout semble calme malgré que cela fait plusieurs mois que nous n'avons pas eu de leur nouvelle.

Seigneur de la marche :
Je voies...
Qu'elle merveilleuse allée fleuris que nous traversons, mes ancêtre on passer des année durant leur règne a s'occuper de ce jardin, je vais sans doute l’agrandir moi aussi, est je ne sais pas y placer une chose qui me correspond, un jardin de fleur avec des belle table en chêne ainsi que certaine en pierre, avec l'entourant au levant et Borrée un Labyrinthe de pierre et de haie, entouré d'une rivière.

Aliénor :
Chère frère pourquoi changer vous de sujet, ces tout de même un point assez...

Suite à quelque secondes de silence.

Seigneur de la marche :
Aliénor venez avec moi, les autre excusez moi mais laissez nous.

Président de la salle des égaux :
Mais seigneur ces tout de même un point import...

Général :
*Posant sa mains sur l'épaule du président*
Laissons les.


Le frère et la sœur partir discuter plusieurs heures dans ce fabuleux jardin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeray

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 07/09/2017

MessageSujet: Re: Tour 2 › Été 867   Sam 7 Oct - 19:56

Bastion de Trassen

Au plus profond du Bastion, au sein de la Forteresse du Chancelier, dans la Crypte des Ancêtres et Héros de Trassen, se tenait une cérémonie bien particulière.

Les nouvelles étaient allées de pire en pire. Au début du printemps, le Bastion voisin d'Ochoz avait accepté l'offre d'Alliance proposée par Trassen. Le messager, Hans, fidèle éminence grise d'Artémis, avait su négocier et leur Antique Alliance, brisée pour d'obscures raisons après la fin de la première migration, était là à nouveau. La nouvelle avait donné lieu à un grand banquet, où la nourriture et la boisson, frugales par ces temps de siège, avaient été compensées par les festivités et la joie des nains.

Le lendemain, un émissaire de la Fraternité de Fürn, Karn Fendeur de Crâne, se présenta à l'entrée de la cité, il fut amené avec moults prudences auprès du chancelier. Artémis l'avait reçu avant sa réception par son père, et l'avait brieffé des usages en vigueur, car le brave messager, un peu rustre, aurait pu froisser par mégarde le chancelier en braillant ses multiples titres de victoire comme le veux la coutume de son peuple. Il est en effet de notoriété publique qu'à Trassen, les chanceliers faisaient parti des meilleurs buveurs du peuple nain, et que celui-ci avait un peu forcé sur la dose cette fois-ci. Il eu été regrettable que le souverain, agacé par un mal de crâne à en faire renvoyer aux ancêtres plus d'un, décide de ne l'envoyer dans les geôles jusqu'à la fin de sa migraine.

Heureusement pour lui, Karn su se tenir, et les négociations furent fructueuses. La rumeur veut que la tête de Klaus Rhaethor, qu'il avait ramené après que celui-ci eu tenté de le détrousser à l'approche de l'entrée des monts argentins, ait beaucoup aidé.

Puis vint l'heure de préparer la défense du Bastion. Ayant eu vent de plusieurs rumeurs de présence Pirke dans les contreforts sud des Monts Argentins, l'armée du Bastion y fut dépêchée. mettre toutes les chances de leur côté, ce fut Wilhelm Rollmann, Champion de la Famille Brylls, qui fut nommé à la tête de l'armée du Bastion, et envoyé défendre la frontière. Plusieurs semaines passèrent, et le jour vint où arriva un messager de la fameuse armée, couvert de sang. Il fut gravement reçu par le chancelier, Artémis et les autres conseillers. Il ramenait les armes du chef Pirke, appelé Gog, prises après un combat de haute lutte où l'armée de l'amas Igrudi avait été littéralement anéantie par les vaillants guerriers nains, lesquels avait subis de lourdes pertes. Wilhelm Rollmann, victorieux, fut nommé Survivant Trassen, et un de ses plus glorieux aïeux, à qui il dédiait méthodiquement chaque combat, fut proposé à l’élévation au titre de Haut, les familles gardiennes des Nains de Trassen. L'avisé Herengé était célèbre pour sa gestion des batailles désespéré.
Heureusement, les renforts étaient en route...

Puis vient la funeste décision des Faiseurs de Mémoire. L'archiviste Grunda avait décidé d'obstruer ces lieux, isolant ainsi les deux bastions à nouveau alliés. Dès lors, les choses s'étaient faites plus complexes, car à cause de cela, Artémis n'a pas vu le plus formidable danger survenir...

L'Accès ayant été bloqué, peu d'hommes avaient été mobilisés pour défendre ce côté du mur. Le Bastion ne s'attendait plus à recevoir les nombreux rapports que les avants postes généraient. Aussi, la baisse des rapports leur paru normal. Artémis s’interrogea un temps, mais elle avait bien d'autres chats à fouetter. Le projet avançait bon train, et aurait pu permettre de sortir de l'impasse.

C'est aux derniers rayons de l'été, qui n'atteignaient jamais les profondeurs, n'en déplaisent aux Pirkes, que la nouvelle lui parvint. En fait, elle n'eu qu'à regarder par sa fenêtre. Durant la nuit, une armée Pirke avait mis le siège devant la cité. Elle resta sans voix. Mais rentra précipitamment la tête en voyant un projectile arriver à toute vitesse sur elle. Un simple cailloux, Accompagné d'un message de papier. Enfin, message était un bien grand mot : elle préférait parler d'une tentative qu'il eu mieux fallu avorter de communication en manipulant les runes découvertes par ses ancêtres. Que son auteur pourrisse par la grâce des Anciens.
Elle tenta péniblement de déchiffrer les runes, et jurait en dénombrant les fautes.

"Vou alé tousse mourire é vo treu baston va nou a par tien-dre
Karmashi-Kurmirh Garsirid-gaksird"


L'alerte générale avait été donnée. La garnison était prête, les vivres parés pour une bonne centaine d'année de siège. Tout le monde scrutait, fébrile, les arrières des Pirkes, espérant une contre attaque d'une quelconque armée naine.
Mais maintenant, Trassen était seule.

C'est pour mettre toutes les chances de victoires de son côté que le Chancelier, en compagnie des membres des plus puissantes familles nobles de Trassen, finissaient d'achever la statue du nouveau Haut Herengé. Comme le veut la coutume, sa statue fut consacrée au culte des ancêtres par une offre de ses descendants. Les armes de Grog, Chef Pirke vaincu par le général Rollmann, furent toutes choisies.

Dorénavent, le Bastion attendait. Et les nains priaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
elessar

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 16/08/2015

MessageSujet: Re: Tour 2 › Été 867   Sam 7 Oct - 20:15

Ordonnance Royale du Royaume Humain:

Sauvagettes, Sauvegeons

Nous sommes désolé du déroulement des négociations avec les elfes, il semblerait que notre négociateur ait fait une erreur de compréhension. Mais cela reste néanmoins largement imputable à la prononciation plus que aléatoire des elfes dans les langues humaines, un enfant de 3 ans fait des phrases plus construites.

Reine Jeanette Iere.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guiguit

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 16/08/2015

MessageSujet: Re: Tour 2 › Été 867   Sam 7 Oct - 20:56

Duché deltique

Plutôt la mort que la souillure

Tour 2 : L’Entre-Deux-Tours


Le duc Willem avait passé une semaine a donné la chasse à une harde de sangliers très embêtants pour les paysans du duché. La chasse lui avait pris un temps conséquent et l’avait amené à s’éloigner de la civilisation. Il était resté plus d’une semaine dans la forêt avec sa suite. Toutes les bêtes sauvages avaient été éliminées les unes après les autres, méthodiquement…..
Désormais, le duc de Deltie était de retour dans son chef-lieu, dans son château. En son absence, le duché deltique avait été placé sous la responsabilité d’un ensemble de conseillers sous l’égide de sa sœur. Eléonore avait géré avec la Deltie avec le tact et la dévotion d’un parent bon et diligent.

Les évènements n’avaient pas attendu les Famars cependant. A Margépic était né le fils de la reine et du roi André. Mais, Pépinople avait reçu des nouvelles de Cylinve. Le chancelier du royaume Amaury d'Ivrea prétendait que la couronne ne pouvait que revenir au premier enfant issu du premier mariage du roi André. La première réaction de Willem fut d’envoyer confirmation à l’Archevêché.
L’Archevêché, un autre sujet de préoccupation…. En tant que chrétien, il ne pouvait laisser Equilia ne fusse qu’être menacé. Quoi qu’il en soit, l’ost allait être appelé et les armes allaient parler….

_________________
«Vous n'êtes pas obligés de me croire, mais attendez-vous à devoir reconnaître vos erreurs.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Canossa

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 29/10/2015
Localisation : poste de Police de Northside

MessageSujet: Re: Tour 2 › Été 867   Sam 7 Oct - 22:28

Les armées naines avançaient dans les tunnels depuis plusieurs semaines. Ce mouvement de troupes était dicté par la menace pirkes. Ils s’étaient beaucoup agité, et on craignait une attaque sur le bastion de Trassen. La nouvelle était arrivé alors qu’ils étaient en marche : les pirkes étaient entré en masse dans les galeries naines avant d’être en bonne parti renvoyé à la case départ. Comme quoi, un nain est plus coriace que ce que sa taille laisse à supposer. Ces cafards étaient pourtant encore là, et Trassen accusait le coup. Le commandant Francis Franque pressait ces troupes pour sauver les leurs.

Pour atteindre Trassen, l’armée ochozienne a dût traverser les tunnels des faiseurs de mémoires, ce qui causa des vagues d’inquétude. Des rumeurs circulaient parmi la population : les pirkes sont à nouveau parti en guerre ; leurs hordes sont si grandes qu’elles emplissent entièrement les tunnels de leur dernière conquête, si bien qu’ils doivent se grimper les uns sur les autres pour avancer comme un flot noir de démons ; sur le champ de bataille, ils vident leur victime de leur sang avant même qu’il ne touche le sol, ne laissant qu’une carcasse exsangue à la poussière  ; et une fois leur ennemi vaincu, leur pays envahi, ils tuent tous les hommes, réduisent en esclavage les femmes et violent les enfants.

Ces rumeurs ont déferlé sur la région comme un feu de forêt se propage au milieu de l’été et la peur s’était infiltré jusque dans les plus hautes instances. On craignait que ces troupes ne suffisent pas à endiguer les marées infinies de troupes pirkes, qu’ils envahissent et brûlent les archives, laissant le peuple nain amnésique, sans passé, sans connaissance. La peur embrasa le coeur des nains, et pour ne pas perdre la mémoire, certains ont perdu la raison.

Les armées venaient de quitter les terres des faiseurs. Ils faisaient leurs premiers pas en territoire incertain, contesté par les cafards pirkes. Les derniers hommes sortaient du tunnel quand une cascade de roche s’y engouffra. Les conservateurs avaient scellés le passage. Les runes seront protégées.

_________________
“There is a theory which states that if ever anyone discovers exactly what the Universe is for and why it is here, it will instantly disappear and be replaced by something even more bizarre and inexplicable.

There is another theory which states that this has already happened.”  
- Douglas Adams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jemjine

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 31/08/2017
Localisation : (Ibelorn) Clan Alenyel

MessageSujet: Re: Tour 2 › Été 867   Sam 7 Oct - 22:59

Pauvres humains qui poursuivent leurs buts égoïstes et cupides. Le royaume est déchiré à cause de quelques personnes qui plongent leurs peuples dans le chaos d’une succession, refusant tous compromis, ravagé par une guerre civile. Au lieu de s’unir pour mieux protéger ses gens face aux menaces de la migration pirque, chaque province cherche à s’emparer du trône, quitte à faire couler encore plus de sang …

Avides de pouvoirs, ces humains semblent oublier ceux qui les ont tant de fois si fidèlement servis, à commencer par les elfes qui les ont accueilli et nourris des années durant. Cela m’a affligé – et me peine encore – d’apprendre qu’un loyal général du duché deltique n’a apparemment aucune valeur aux yeux de celui pour qui il s’est si durement battu. Comment peut-il impunément le laisser ainsi prisonnier des pirques sans consentir à leur verser une rançon ? La vie ne vaut-elle rien ?

En tant qu’elfe, nous vivons certes longtemps, mais la vie ne nous en est que plus précieuse. Nous savons à quel point ce don peut disparaître en un instant, alors que des siècles suffisent à peine à la cultiver. C’est pour cette raison que, observant les maux du monde, je ne consens pas à sacrifier futilement des vies elfiques. Dans cet optique, je souhaiterais tant que les tensions s’amenuisent entre les quatre races de Tempérys ; nul doute : tous nous y vivrions mieux. Mais quand je constate avec lassitude les querelles humaines, je ne peux que déplorer l’état actuel du monde. Comment des races – pourtant si peu différentes d’apparence – peuvent-elles s’entendre si les humains eux-mêmes se font la guerre en leur propre royaume ?

Parmi les vices observés chez les Hommes se trouvent aussi la trahison et l’indiscrétion du proche de la princesse « Jeannette » dont il ose ainsi dévoiler ses pensées, impressions et secrets en publiant de la sorte son journal intime. Il est bien surprenant qu’elle ne s’en soit pas encore rendue compte ; et je n’ose imaginer la sentence qui pleuvra alors sur ce malheureux qui se voulait être malin.
Ah … Pauvre monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vauban



Messages : 103
Date d'inscription : 15/08/2015
Localisation : Yorwick

MessageSujet: Re: Tour 2 › Été 867   Sam 7 Oct - 23:11

"La crainte est impossible à maîtriser quand elle est excessive »

vieille citation dont l'origine est perdu.


Le coche qui avait amené ses agents stationnait dans la cours; c'était un modèle récent. Il faisait désormais totalement jour; le conducteur baillait à proximité des chevaux; le palais finissait de s’éveiller. Ils montèrent à l'étage, d'abord le plus jeune Arthur puis le plus âgé Boniface.
Ils furent conduit dans la chambre où se trouvait Robert.
«Mon seigneur, pourquoi ne vous êtes-vous pas levé? Demanda Boniface de sa petite voix criarde.
-Je suis souffrant, lui répondit Robert.
-qu'avez-vous donc?
-Mal aux dents, dit Robert.
-Mal au dents, hein?» dit Boniface en secouant la tête. «Peut-être devrais je prévenir le médecin.
-J'aimerai éviter de me faire arracher les dents. Parlez moi de vos missions.
-J'ai obtenu ce que vous m'aviez demandé. Arthur aussi je crois.
-Et quelle est donc la situation à l'est?
-Les nains sont en pleine effervescence mon seigneur. Ils semblent avoir remportés de grandes victoires à l'est. Les pirkes qui avaient causer la disparition de votre onc...du roi ont été massacrés.»
Robert congédia ses serviteurs de la main.
«Maintenant, je puis rester coucher ici tranquillement» murmura Robert songeur. Cette idée ne lui faisait aucun plaisir. La couverture sentait le renfermé et la chaleur l'incommodait; il la rejeta.
La pensée des hordes pirkes détruites le rassurait. Il tremblait à l'idée de devoir affronter ces monstres. Leurs appendices baveux, leurs protubérances…
Mais les monstres n'ont pas toujours de forme aussi répugnantes. Son esprit dériva lentement vers son père...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinople300

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/09/2015

MessageSujet: Re: Tour 2 › Été 867   Sam 7 Oct - 23:57



On pouvait qualifié la ville de Fürn de beaucoup de choses: Un trou à vauriens, Une ville qui était plus blanche de par son marbre que les neiges du nord, La source de la juiverie internationale (comme le disait le dirigeant de Féard dans un de ses récents discours)... Mais on ne pouvait pas lui retirer un fait! La ville était a ville la plus bourdonnante de la vallée. De part ses marchands qui cet été avaient échangé des marchandises par caravanes entières allant de la simple gemme aux plus belles soieries en passant par la nourriture bête comme chou.


Ces échanges rendait la ville fière et riche comme Crésus, tout habitant ayant ainsi de quoi posséder ce dont ils avaient besoin. L'insouciance régnait alors dans la belle ville et on était enthousiaste de la construction d'un nouveau Forum par le Consul qui serait encore plus grand pour désengorger l'ancien Forum.


Enfin c'était jusqu'au moment ou un crie retenti dans le sénat. Ce cri avait été poussé par un sénateur qui venait de lire la lettre d'un messager du nord. Le message disait en substance que la route commerciale avait été coupé avec le Bastion d'Ochoz et que ceux-ci était causé par l'enfermement des faiseurs de mémoire dans leur cité et qu'ils n'accepteraient surement pas de la rouvrir avant que l'amas Karmashi ne soit décimé. Les importations en Salpêtre et Souffre du Cirque Éruptif était pourtant capital pour la défense de Fürn dans la création de poudre noir. Cette rupture était inadmissible de plus pour le commerce avec la cité et les marchands Fürnois allait surement perdre beaucoup d'argent, chose plus grave encore.


Le consul déclara alors au sénat: "La seule solution à ce problème est, je le crains, la Guerre!"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jddelsignore

avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 21
Localisation : Oltwirk

MessageSujet: Re: Tour 2 › Été 867   Dim 8 Oct - 0:56

BASTION D'OLTWIRK



Le sang s’infiltrait entre les épaisses dalles en pierre de la salle. Le corps gisait sans vie, le crâne défoncé. Brogar, quant à lui, observait l’assemblée présente scruter d’un œil inquiet la scène. Avec une certaine satisfaction ; il se permit même un petit sourire narquois. Son lourd marteau-hache de guerre* - dénommé Sweigr - encore dans la main, le sang en dégoulinant par gouttes et incrusté de morceaux de cervelle.
- Qu’on expose celui-là aux portes du Bastion. Et je veux que les raisons de son sort soient clairement expliquées. Que tous sachent, ou devrais-je dire se rappellent. Car il semble que ça ne soit plus le cas chez tout le monde.
La raison de cet excès... émotionnel ? Ce noble avait proposé d’approcher les Pirkes d’une manière autre que sur un champ de bataille. Il avait même suggéré que des Nains pourraient s’entendre avec pareille race. Brogar lui avait pourtant laissé une chance de revenir à la raison en lui rappelant les faits passés ; mais il avait déclaré que « le passé est le passé, après tout. Et nous n’arriverions jamais à... ». Là il n’avait pas eu le temps de terminer sa phrase.
- Je prends congé de votre si... charmante compagnie, reprit Brogar. Ne m’en voulez pas, mais j’ai des affaires autrement plus importantes à traiter que discuter ainsi. Messieurs.
Sur ce, le Borgne quitta la salle suivit de quelques-uns de ses plus fidèles.


*En effet : l’arme était munie d’un côté d’une épaisse masse semblable à celle d’un marteau de guerre classique et de l’autre côté d’une lame de hache. Finalement, les deux extrémités étaient ornées de pointes acérées.

_________________
HAIL TO CARANTHIR !

Dilium > you fast bastard!
Dilium > ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tour 2 › Été 867   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tour 2 › Été 867
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le glorieux forum des Mondes Virtuels :: MV Temperys :: Plateau-
Sauter vers: