AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tour 1 › Pr. 867

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maxsilv

avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 15/08/2015
Localisation : Par-delà la Porte des Mondes

MessageSujet: Tour 1 › Pr. 867   Dim 24 Sep - 23:36

Tour 1

Printemps 867

.
.
.
Nous y voilà. Les choses sérieuses s’apprêtent à commencer. Vous êtes dorénavant entouré de vos propres conseillers et agents… et ils me volent mon travail ! Enfin, si d’aventure ils ne parviennent pas à répondre à toutes vos questions, vous pouvez toujours retourner me voir.

J’ai plus d’une corde à mon arc et plein d’informations (in)utiles. Par exemple, sachez que les débuts n’auront pas été faciles pour tout le monde ; quelque part, un shaman pirke est activement recherché pour avoir kidnappé un personnage de renom. Sad

Comme quoi, même la bataille de didacticiel pouvait être perdue ! Aussi certains n’ont-ils pris aucun risque. Voici le top 3 des plus grosses levées de troupes survenues dans Tempérys – pacifistes s’abstenir :
Spoiler:
 

Hors Role Play (HRP) :


J’ai corrigé une erreur liée à l’engagement dans le simulateur de bataille. Une mise à jour du manuel de jeu devrait également suivre dans la semaine, afin de procéder à de menus ajustements, notamment en matière diplomatique.

Maintenant, à vos RP ! Il y a un avantage et donc (possiblement) plus de cartes « bonheur » à la clef. Et gare à la montre ; vous avez jusqu’à samedi prochain (23h59) pour poster votre « aparté ». Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
elessar

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 16/08/2015

MessageSujet: Re: Tour 1 › Pr. 867   Dim 24 Sep - 23:39

Cher Journal,

Aujourd'hui j'ai reçu une lettre du Duc truc, mon seul vassal qui veut pas piquer mon pouvoir 😄 Smile).Il est gentil, mais il est un bizarre quand même Sad. Il voulait me présenter son hommage, avec son épée Joyeuse encore pleine de sang de dragon. Je lui ai répondu que j'étais pas une fille comme ça, que j'étais sa reine et que c'était un peu déplacer, et que je ne partageais pas du tout ses fétichismes de sang Sad((. J'en conclu donc que mon vassal viole des sœurs vierges Sad. Après il m'a parlé de son château de sable, je comprends pas comment il fait pour vivre dedans, ça me semble pas très solide. Du coup je lui ai répondu que j'étais prête à lui donner une maison dans son duché pour qu'il découvre la civilisation un peu. Je crois qu'il va adorer, ça doit être dur de vivre dans une litière géante Sad.
Ensuite mon CHIANcellier m'a parlé de l'état du royaume. Apparemment l'hiver est un peu rude, mais ça je le savais déjà j'avais très froid le matin (il est un peu concon le Chiancellier mais on l'aime quand même mieux depuis qu'il pu plus de la gueule.) et m'a averti de la victoire contre les clodo-rebelles 😄 . se battre contre des gens qui ont faim, vous imaginé ? On se battait contre des anoxeriques la victoire a du être facile:D. Mais je suis quand même extrêmement contente de la tournure des évènements, bientôt mes autres vassaux se protesteront devant moi et devant Mubi mon manchot domestique:)).

Ta jeanette qui t'adore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yandhen

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 30/05/2016

MessageSujet: Re: Tour 1 › Pr. 867   Jeu 28 Sep - 12:16

Les têtes des guerriers nains furent déposées aux pieds de Artlow. Ce dernier les regarda attentivement, dévisageant ces faces rigides et froides, figées dans la douleur. Tel était le sort de ceux s'attaquant à la communauté après tout. Mais il était plaisant pour Artlow de voir ses adversaires les yeux dans les yeux. Et bien que ces derniers ne soient réduits à l'état de têtes tranchées, il était heureux de pouvoir lire par certains traits qu'il s'agissait de braves. Le combat avait du être des plus énergiques.

Gog, son Perce-Monts, se tenait devant le tas, fier d'avoir pu défendre l'amas Igrudi. C'était bien l'un de ses plus vaillant fidèle, et l'un des Pirke des plus fiers de l'amas. Artlow lui rendit sa fierté. Il désigna le crâne du meneur, et l'offrit à son général. Le trophée du champion comme on le dit souvent. Gog sourit alors, ou du moins, cela y ressemblait. Il prit le crâne entre ses mains, salua l'unificateur, et repartit vers ses quartier. Gog, était l'un de ceux sur lesquels Artlow pouvait compter dans sa quête. Un meneur talentueux, et un tacticien hors pair. Voilà ce qui avait surement manqué aux Pirkes pendant toutes ces années.

Artlow voyait déjà comment son Perce-Monts allait modeler son trophée. Surement faire de la barbe un nouveau décorum de son armure? Ou alors user du crâne comme d'un pommeau pour une masse?
En tout cas, ce qui porta intérêt à Artlow, ce fut les armes que les nains avaient laissé. Certains maniaient un étrange bâton de feu. Il en avait déjà il y a bien longtemps, mais généralement, les autres meneurs n'en voyait point d'intérêt. Mais Artlow, lui trouvait tout cela fascinant. Ses yeux brillaient tels les yeux d'un enfant face à un nouveau jouet. Il faudrait en faire quelque chose, pour sûr... Il y avait à apprendre de ces autres communautés. S'ils voulaient accomplir la grande migration, il est nécessaire de comprendre ce que l'ennemi peut faire, peut créer, peut utiliser.

Alors, Artlow médita longuement dans sa yourte, contemplant l'arme naine. Alors il s'imagina longuement, avec derrière lui, des milliers de guerriers Pirke, armé de ces barons de feu, imposant la communauté au reste de la vallée. Quel doux rêve. Quel destin bien beau pour un Pirke.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guilorque



Messages : 54
Date d'inscription : 17/08/2015

MessageSujet: Re: Tour 1 › Pr. 867   Ven 29 Sep - 23:46

Dans les quartiers privés du seigneur de La marche léonine, salle de réunion militaire.



Seigneur Hardy :
Ces pirkes...

Officier :
Oui chef, mais nous les avons vaincus, avec facilité grâce à Dieux.

Seigneur Hardy :
Oui, ce qui est bien, mais cela ne me plait pas d'avoir des troupes pirkes qui se promènent impunément sur mes terres.

Officier :
Ne vous inquiétez pas je ferai ce qu'il faut pour que cela ne se reproduise plus.

Seigneur Hardy :
C’est bien de rêver, car vous le savez très bien qu'ils arriveront toujours à passer.

Officier :
Oui Seigneur

Seigneur Hardy :
Entre les Pirkes et ceux qui en veuillent à ma sœur, je suis dans un sale pétrin.

Officier :
Il est vrai Seigneur mais...

Seigneur Hardy :
Laissez-moi, j'ai besoin de réfléchir.


La salle se vide laissant seul le Seigneur Hardy.

Seigneur Hardy :
En Borée-Levant, les Pirkes et au Portant, la fille du défunt roi, notre position est assez mal en point.

Le seigneur Hardy réfléchit pendant de longues heures, puis se leva.

Seigneur Hardy :
Garde !! Appelez tous nos émissaires, nous allons réunir la salle des égaux.


Dans la Salle des égaux.

La salle des égaux se réunit en quelques jours

Des personnes de toute la marche léonine vinrent

Toutes les places furent prise, certains s'assirent au sol et d'autres restèrent debout. La salle ne fut jamais aussi pleine, il est vrai aussi que la salle des égaux ne fut pas réunie depuis plus de 100ans

Un bruit assourdissant de discussion, de chuchotement et de cris donnaient un son à un mélange de couleurs et de personnes très hétérogènes.

Lorsque le seigneur ouvra la porte toutes les personnes s'assirent et se turent, laissant d'un brouhaha assourdissant aux simples bruits de pas lourds du seigneur faisant écho dans cette immense salle.

Le seigneur Hardy se plaça au centre, balayant du regard toute l'assemblée, un sourire dessina sur son visage.

Seigneur Hardy :
Je suis si fière de vous, que je ne dirais que ceci La séance est... Ouverte !

Sur ces mots toute l'assemblée applaudit en un seul mouvement accompagné de quelques cris de joie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ShahAbbas

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 06/02/2016

MessageSujet: Re: Tour 1 › Pr. 867   Sam 30 Sep - 14:30

Heureuse nouvelle, inquiétante nouvelle.
L’armée naine n’était désormais plus que de l’Histoire ancienne, mais d’autres horizons se profilaient et menaçaient la [tangibilité] du groupe. Les deux bastions nains du sud et de l’ouest avaient repris de l’activité récemment et compromettaient la grande migration.
Au sein de son [conseil proche/réunion] karmachi-karmirh préparait la suite du chemin pour son cycle, il fallait impérativement convoquer les chefs de clientèles principales pour lever une horde et ramasser le maximum de récolte pour l’hiver. On envoya leurs [ autorités] aux [gouverneurs-propriétaires] et ont fit venir les calligraphes de la grande réunion ainsi que le grand shaman afin que ce dernier puisse constater la rédaction de la grande chronique. Manifestement il s’opposait toujours à la présence de Wololo dans le [conseil/réunion] mais depuis la récente victoire contre cette compagnie des monts de l’ouest il ne sentait pas l’envie de le rappeler, d’autant plus qu’il trouverait cela déplacé puisque ça n’était déjà plus son rôle.

La réunion restreinte se teint comme de coutume à une heure sécrète et en compagnie de fidèle, ce qui pour un pirke n’était paradoxalement pas si outrageant comme cela l’eut été pour un artisan de la race des Hommes. Ont y débâtit tour à tour, et avec à chaque fois l’approbation du maître, des affaires urgentes comme de l’agrandissement du [complexe] des jeux ou des moyens financiers et militaires du groupe ; la convocation des chefs était la principale préoccupation . Finalement Karmachi-Karmirh se retira pour admirer des céramiques à émaux représentants la dernière bataille et la grande migration prochaine, visiblement les artistes n’étaient que trop réservés à l’idée de se frotter aux nains, sans que cela voile leur enthousiasme pour l’avenir. Sur une vingtaine le chef en choisit 5 et en cassa 2 pour rendre solennellement leurs restes à quelques chanceux qui se voyaient ainsi appréciés de par leurs talents (l’acte de « destruction » n’est pas vraiment vu comme tel mais plutôt comme une « remise transformé de l’œuvre » dans le cas ou les morceaux sont rendus) , les autres serviraient d’ornements et de vases. Les nouveaux clients qu’il s’était ainsi fait représentaient une part de plus en plus large des artistes et ont lui reprocha souvent de ne pas casser assez d’œuvres et de vouloir trop conserver les choses telles qu’elles persistent à être, ce qui était une attitude débile et pernicieuse.

La convocation des chefs était basée sur les clientèles les plus large et sur leur prestige à la guerre, ainsi se trouvaient réunis plus de 300 individus de toutes parties de la région autour d’une sale aux murs nettement stylisés de bas reliefs en pierre qu’y avait le siège de l’amas karmachi pendant plusieurs cycles maintenant. La convocation commença sur le rappel du rôles des pirkes au sein de l’amas de même que de la vision de la grand migration. Les représentants écoutaient ainsi et ne se réservaient pas quand vint leur tour de faire valoir l’importance du rôle qu’ils occupait au sein de la communauté ; enfin brièvement fut aussi abordés les reproches qu’on laissait germé sur la conduite du Karmachi-karmirh. Ce dernier, n’appréciant pas qu’on fit étalage de ses innovations, fit remarquer deux choses :
-Que la récente exégèse de la grande migration avait été conduite par sa clientèle et par une réunion des shamans lui donnait le droit d’adapter sa politique pour préparé cette dernière, cela avait été déjà vu durant d’autres cycles illustres comme celui de Kadmirh.

-Que leur fonction au sein de la communauté ne devait pas leur faire penser que cela leur donnait des prérogatives qu’il pouvait arguer et que si tout pirkes pouvait théoriquement venir à toute institutions cela veut précisément rappeler qu’il ne le fait pas effectivement.

Sans que [l’autorité] ne fut levée la grande majorité bu les paroles du chef et se rangea dernière lui, cela s’ajoutant au danger pressant depuis les montagnes.

La journée se terminant Karmachi-Karmirh regagna son [manoir] sorte d’énorme bloc de roche tailler aux cotés avec une formes rappelant les alvéoles des abeilles avec cette même régularité et cette ouverture de toute part sur l’extérieure ( ce qui expliquait le nombre important de feux et de clients la gardant). Dans sa salle de méditation astronomiques il croisa Wololo, l’Homme, ce dernier était toujours avec un regard lointain et un maigre sourire. Il balbutiait quelques mots de la langue qu’il avait vite apprise et pu sans peine saluer son nouveau maître, sa condition servile ne semblait pas trop le peiner (sûrement une vision d’Homme).

Il demandait les choses les plus étranges du monde pour la réalisation de ses services comme des plantes et des animaux de la région, du reste sa compétence de gestionnaire n’était nié par personne bien que sa précaire servitude vit de ses innovations celle des autres fonctions vues comme réellement déterminante ; rien ne semblait le troubler ou lui faire quitter sa mine joviale. Ainsi Karmachi-Karmirh passa devant ses enclos et ses plantations pour rejoindre ses frères qui l’attendaient dans la sale des vapeurs ; leurs armures de mailles hérissées, de bouts métalliques pointues et de fines plaques d’ornements émaillées, de couleurs verte et orange, leurs donnaient une terrifiante allure (bien qu’un artisan nain ou elfe eu juste trouvé l’ajout d’une plaque de céramique d’ornement original) ; à cela allait bientôt s’ajouter les panneaux de bois sculptés au couleurs de la clientèle .

- Commandants je souhaite au nom de notre amas que vous dirigiez mes légions pour traverser la surface du monde obéissez à cette tache ou il vous en coûtera.

Les bannières se levait haut dans le ciel aux couleurs de l’amas jointes de celles des clientèles et marchait en véritable colonnes vers l’horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Berton

avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 15/08/2015
Age : 22
Localisation : Forën (Clan Zebhyriel)

MessageSujet: Re: Tour 1 › Pr. 867   Sam 30 Sep - 15:07

La vie d’Aeglothiel, fille des Premiers-nés, Dame de Forën, Reine du clan Zebhyriel


- Livre XIV -




Ce qui suit tient des œuvres de mes ancêtres qui tour à tour ont recueilli tout ce qu’ils ont vu et appris de la vie de la dame de Forrën. J’espère pouvoir rendre hommage à leur remarquable travail bien que je doive me contenter de quelques mots pour raconter la vie de l’honorable Aeglothiel tel qu’elle s’est déroulée jusqu’à l’an de grâce 867 de l’ère duale.

***


Aeglothiel est née à l’aube de l’ère duale, ce qui fait d’elle l’une des plus anciennes mémoires vives de Tempérys. Elle grandit à Forën, ville qui n’était au départ qu’une simple demeure voulue par son père à l’écart du tumulte du cercle astrale. Pourtant, séduits par la quiétude des lieux et les richesses qu’ils abritaient, de plus en plus d’elfes s’y établirent à leur tour sous l’auspice bienveillant de leurs hôtes.

La légende veut qu’à cette époque reculée, Amlughir, père d’Aeglothiel, n’ayant de cesse d’aller toujours plus loin vers le Levant, n’y ait finalement trouvé que le crépuscule prématuré de sa vie. C’est à la vue de son dragon revenu finalement sans lui que Zebhyriel, mère d’Aeglothiel se mura dans un silence qui se poursuivi jusqu’à la fin de son existence. Elle se résolu à élever sa fille unique et son clan jusqu’à ce qu’ils soient tout deux aptes puis se laissa mourir de la tristesse qui ne cessait de la dévorer. C’est sans aucun doute l’expérience de l’inconsolable tristesse de sa mère qui forgea le caractère d’Aeglothiel, désormais reine du clan Zebhyriel et son aptitude à surpasser les dures épreuves qui secouèrent sa vie.

En premier lieu, son frère Ithrynir fut l’un des douze archontes assassinés lors du bris du cercle, de même que sa fille ainée, Dwanuhiel, alors jeune mage apprentie qui aurait subi le même sort en voulant défendre son oncle. Son second fils, Ancalagon fut quant à lui décapité par les nains tandis qu’il était en mission diplomatique, ce qui déclencha la terrible guerre connue plus tard sous le nom de Guerre de l’Affront. Son époux, Dagaron du clan Alenyel, voulant en effet venger son fils, parti en guerre et comme beaucoup n’en revint jamais. Ce fut dès lors à Laegon, son premier fils de prendre les armes qu’il tint jusqu’à la bataille des berges de l’Ophydre où il fut le dernier elfe du clan Zebhyriel à perdre la vie. Certains écriront alors que la boucle était bouclée entre les deux frères dont la mort respective débuta et termina l’absurde Guerre de l’affront.

La génération suivante ne fut pas pour autant plus épargnée.  La fille et les deux fils de Laegon, Meghiel, Nardolhir et Persaelon moururent respectivement au cours d’une des nombreuses incursions pyrque de la Grande Migration pour la première, dans la défense du Valamarne pour le second et plus récemment lors de l’expédition de 866 dans l’Amas Igrudi pour le dernier.

Malgré l’épreuve de la mort successive de tous ses enfants et petits-enfants, Aeglothiel, quant à elle, survécu. Elle survécu aux guerres, aux ravages, aux traitrises. Depuis 700 ans, elle veille sur son clan avec la sagesse et détermination que sa mère lui enseigna et qu’elle enseigne désormais à ses arrière-petits-enfants, Níniel et Galhir.


Níniel et Galhir

_________________
« Oui, alors, pourquoi ? Pourquoi trahir sans arrêt les gens avec qui je collabore ? Je dirais que c'est probablement une réponse compulsive à une crainte de m'attacher. Briser une relation plutôt que la cultiver pour ne pas se retrouver démuni face au bonheur. Oui, pour répondre à votre question : j'ai peur d'aimer ! »
La Roi Loth d'Orcanie (François Rollin) dans A. Astier, Kaamelott, Livre VI, "Praeceptores".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tour 1 › Pr. 867   Sam 30 Sep - 21:35

À la suite du retour d’Alexis Senestre de sa victoire contre les rebelles, Gautier Neuvillois avait réuni son conseil restreint dans l’histoire le point sur les événements récents ainsi que la situation pour cette fin d’hiver 867. Était réuni avec lui François Senestre, père d’Alexis et ancien beau-fils de Gautier, patricien de la maison majeure Senestre, Harlin Neuvillois fils aîné de Gautier, Charles De Valhurlant, baron de Neufchâtel-le-Col, de Maurice Gabert, patricien d’une maison mineure impliquée dans les fumoirs à poisson de la ville, Aloïs Neuvillois, petit fils de Gautier était aussi présent.

« Un autre soulèvement ne devrait pas avoir lieu dans les années qui suivent, les conspirateurs ont dilapidé leurs finances avec ces mercenaires et avec la guerre de succession dans le royaume Detorien il y a peu de chance pour eux de retrouver une compagnie à un prix abordable », termina Harlin. « Le conflit de succession dans le Royaume Detorien est une source d’inquiétude, les revenus venant de nos routes vers Cylinve ont fait beaucoup pour nous permettre de tenir cet hiver, nous devrions aider l’héritière du Roi à établir son pouvoir au plus vite. », rapporta François.

« Je maintiens un regard attentif sur la situation, ne vous inquiétez pas. », répondit Gautier, « Mais il serait prématuré pour nous d’intervenir dans le conflit, surtout que pour l’instant nous avons aussi un besoin absolu que le Comté Valarmanois ne coupe pas la route commerciale. Essayons d’abord de ne pas mettre notre voisin direct en colère et regardons ce qui ce passe. Entre temps avec l’assistant des sénateurs De Valhurlant et Garbert nous allons envoyer des émissaires pour essayer d’ouvrir de nouvelles route et mitiger la coupure de commerce avec Cylinve. Cette réunion est terminée, sortez maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas
vauban



Messages : 103
Date d'inscription : 15/08/2015
Localisation : Yorwick

MessageSujet: Re: Tour 1 › Pr. 867   Sam 30 Sep - 22:51


«De peur de se faire écraser la tête
Il réalisa une courageuse retraite.
Ce Brave, Brave, Brave seigneur Robert»


Extrait d'une chanson populaire quoique bannie du comté Valamarnois

«veni, vidi, fugi»

Devise «officieuse» du Comte Robert.


Robert s'allongea sur son lit et s'enveloppa dans la couverture de dessus. Il était cinq heures, et, ici, en cette période de l'année, on ne devait guère avoir à se lever avant sept heures. Il mourrait de sommeil. Karl avait dispersé les rebelles et les affaires courantes avaient repris dans le comté.
Il était chaudement emmitouflé dans la couverture, et se sentait protégé; pour la première fois depuis des mois il n'avait pas peur.

Lorsque le soleil pointa deux heures plus tard, il rêvait, comme à l'ordinaire, de la bataille. Les armes qui heurtaient les boucliers à grands coups et ces hommes qui hurlaient, tuaient, mourraient.
Ils portaient les armoiries de son père. Formes ombreuses dont la mémoire avait oublié les détails se battant contre d'autres formes ombreuses aux oreilles pointues. Les coups devenaient plus bruyants.  Son rêve suivait une scène particulièrement  pénible. Il devait sonner la charge mais ne parvenait pas à prononcer un mot. Son ventre était noué.  l'angoisse le submergeait, le paralysait. Robert gémit. Avant de se réveiller tout à fait, il lui faudrait encore faire la dernière et la plus dure étape.
Le moment de sa fuite. L'abandon de ses hommes…puis le sentiment chaotique de peur laisserait place au réveil.

La lumière du jour l'aveugla et la brume se dissipa. Robert était dans son lit, en sueur, on frappait à sa porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
elessar

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 16/08/2015

MessageSujet: Re: Tour 1 › Pr. 867   Sam 30 Sep - 23:48

Cher Journal,

Aujourd'hui j'ai assisté au procès de Toto le chien. Ce chien a assassiné un de ses maitres en lui arrachant le coup Sad . Comme nous ne sommes pas des sauvages nous avons écouté le témoignage du chien, qui a bien sur plaidé non coupable. Comme c'est un pauvre on lui a fourni un clerc en tant qu'avocat Smile .L'accusateur général avait du mal à répondre au chien, alors nous avons décidé de décapiter la pauvre bête, et de nommer Toto en Accusateur général du tribunal Smile .
Sinon on m'a appris que mon débile de cousin était encore en vie Smile . D'après le Grand du royaume Enrique de las casas bonitas y del sol azur en el tierro del spacio c'est un sans couille Sad . Je me demande comment il fera pour se reproduire le pauvre, mais remarque ça m'arrange puisqu'il ne peut plus revendiquer le trône Smile .
Voici en document annexe la loi fondamentale du royaume que j'ai écrit:

Seule Jeanette peut être souveraine légitime du royaume, les autres ne sont que des menteurs et des usurpateurs Very Happy .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinople300

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 25/09/2015

MessageSujet: Re: Tour 1 › Pr. 867   Sam 30 Sep - 23:58

Le nouveau consul était là, chevauchant son poney blanc. Examinant les restes d'une troupe qui avait voulu passer un coup d'état en force à l'encontre du sénat.
Les raisons à cela? Une nouvelle réforme du consul envers l'égalité Nain-Naine qui remettait en partie des élément de l'ancien système des castes qui avait été abandonné, en donnant le droit de vote aux Naines qui ces dernières années ont prouvé leur valeurs en occupant de plus en plus de postes administratifs et juridique dans la société naine et qui au cours d'une incursion de bandits avait formé une compagnie d'auto-défense qui s'était illustré vaillamment et qui existe encore aujourd'hui. Et c'est exactement à cela qu'avait pensé le consul pour cette réforme.
Car l'égalité des sexes permettra aussi le service dans l'armée de citoyens soldats pour les Naines. Soldats dont manquent cruellement la confrérie.
Sa cape blanche claquant au vent, il repartit vers le Sénat pour annoncer sa victoire aux politiques.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxsilv

avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 15/08/2015
Localisation : Par-delà la Porte des Mondes

MessageSujet: Re: Tour 1 › Pr. 867   Dim 1 Oct - 0:00

/!\ Votre attention /!\

Fin du temps imparti pour le tour 1. Vous pouvez encore poster à la suite, jusqu’à la parution du sujet « Tour 2 », mais les avantages compteront pour le tour suivant.

Edit : Comme la fin de tour m’a pris (beaucoup) plus de temps que prévu, les personnes ayant posté à la suite de ce message recevront aussi un avantage dès ce tour.


Dernière édition par Maxsilv le Lun 2 Oct - 20:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jddelsignore

avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 21
Localisation : Oltwirk

MessageSujet: Re: Tour 1 › Pr. 867   Dim 1 Oct - 0:17

BASTION D’OLTWIRK



L’armée rebelle avait été balayée d’un revers de main grâce à la fureur et à la force des guerriers nains. Les survivants massacrés ou réduits en esclavage ; nulle pitié pour les traîtres à la cause. Gormund – meneur en chef des armées d’Oltwirk – prouvait une nouvelle fois que son titre n’était pas dû au hasard : Gormund Point Sanglant. Désormais libéré de cette menace (bien que minime), le Bastion pouvait reprendre ses activités en toute quiétude. Du moins autant que les nuages annonciateurs de conflits le permettaient.
À la capitale, les nouvelles encourageantes avaient poussé Brogar à se lancer dans une nouvelle beuverie avec ses plus proches fidèles. Dans un grand vacarme. Quelques coups avaient également été échangés – mais c’étaient de bonnes querelles. Mais l’heure n’était pas qu’aux débauches : de sombres périodes se dessinaient et il fallait s’y préparer au mieux. Le goût du sang encore en bouche, Brogar et ses ministres tinrent conseil ; des jours durant l’on discuta, passant d’un bureau à un autre, d’une salle à une autre. Et Brogar entendit des propos qui lui déplurent – c’est peu cas de le dire. Manifestement des remontrances étaient nécessaires ; remettre les choses au clair une fois pour toute.
Sinon, des têtes tomberaient.

_________________
HAIL TO CARANTHIR !

Dilium > you fast bastard!
Dilium > ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeray

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 07/09/2017

MessageSujet: Re: Tour 1 › Pr. 867   Lun 2 Oct - 11:29

Bastion de Trassen


Artémis se réveilla, et aujourd'hui, elle allait mieux. Un peu trop mieux, même !
Cela faisait plusieurs saisons que la dirigeante de facto du Bastion de Trassen, riche région naine au confins des Monts Argentins, souffrait d'un mal étrange qui n'avait pris fin qu'aujourd'hui.

Fille Aînée du Chancelier Markus Brylls et héritière de sa famille (d'après les lois naines de stricte égalité nain/naines, elle était l'ainée et donc l'héritière devant ses frères), également sa plus proche conseillère économique et financière. Sous sa direction avisée, le Bastion avait prospéré et son économie explosé, entrainant l'émergence d'une sorte de nouvelle classe de marchands riches et puissants. Bien que ne pouvant sortir de leur caste en vertu du système nain, ceux ci savait qu'ils lui étaient redevables et la soutenait de toute leur influence.

Mais il faut croire qu'elle n'avait pas que des amis. Son mal l'avait affectée alors qu'elle était en plein cycle de négociations avec les différentes familles naines, pour le prochain projet qui pouvait en rendre riche plus d'un. Son éminence grise, Hans Baumer, avait mené sa petite enquête, et lors d'un de ses moments de lucidité, lui avait raporté qu'une famille rivale, la famille Rhaethor, avait tenté de l'empoisonner. Il avait rassemblé les preuves et, quelques jours plus tard, la famille Brylls avait accusé publiquement les Rhaethor, exigeant réparation. Comme c'était son droit à Trassen, la famille réclama un
duel de sang pour réparer son honneur. Le champion des Brylls, Wilhelm Rollmann, n'eu aucun plaisir à blesser grievement un autre grand guerrier nain, mais la famille sortie victorieuse, et Klaus Rhaethor, chef de la famille fu frappé d'Exil, ainsi que plusieurs autres membres ayant trempé dans l'affaire. Le nouveau chef de famille, Karl Rhaetor, était maintenant des plus dévoués pour expier la faute de son frère, et c'était heureux, en ces temps troublés.

Artémis, après s'être préparée, vint rendre ses hommages à son père.
"Ma fille bien-aimée ! Quelle joie de te voir sur pied ! Nous étions morts d'inquiétude, tes frères et moi. Nous avons prié nos ancêtres et ta mère des jours durant pour ta guérison.
-Merci père. Je me sens enfin en forme, et nous voici avec un ennemi de moins. Hélas, une myriade d'autres nous attend dehors...
-Une myriade moins quelques troupes. Nos soldats ont repoussé un assaut des pirkes lors de la dernière saison !
-Quelle heureuse nouvelle ! Père, je dois maintenant prendre congés pour le moment. Le grand projet a pris du retard, je crains de ne devoir mettre les bouchées doubles pour qu'il soit fait avant la fin de l'année.
-Va ma fille, Survivante Trassen, Fierté des Brylls. Que les ancêtres et ta mère veillent sur toi..."

Elle frissonna légèrement en entendant ces mots. Survivant(e) Trassen était un titre décernée uniquement par l'Assemblée de Trassen (organe de décision et de débats des nobles de Trassen) aux nain(e)s ayant été blessé grièvement lors d'une mission pour le bastion. Qu'il lui ait été accordé pendant sa convalescence témoignait du prestige dont elle jouissait et de l'importance qu'accordait les nobles au projet dont elle s'occupait...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tour 1 › Pr. 867   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tour 1 › Pr. 867
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le glorieux forum des Mondes Virtuels :: MV Temperys :: Plateau-
Sauter vers: